Préserver l'image de la France… mon oeil

Mieux vaut un tas d'ordures qui déborde, que le spectacle affligeant offert aux millions de spectateurs lors de l'ouverture de l'Euro 2016?

A tous ces hommes politiques qui nous parlent de l'image de la France qu'il faut donner.

A tout ceux qui critiquent grèves et blocages par des  inconscients qui salissent l'image de la France.

A ceux qui n'ont pas eu le courage de regarder la cérémonie d'ouverture de l'Euro hier. Vous avez eu la chance de ne pas avoir un jeune enfant à qui on ne peut pas refuser cette envie qu'il a, de regarder comme ses camarades, cette cérémonie (faut pas être bête  non plus).

Alors là l'image de la France !!!!! C'était comment dire… y'a pas de mots. David Guetta au milieu du Stade de France, sous un espèce de kiosque à musique en carton pâte et plastique, avec des platines CD (mais on voit bien que le son est déjà enregistré et qu'il ne fait rien), des danseurs qui étaient moins beaux à voir que des majorettes de campagne, une chanteuse en playback qui reprend le chant au mauvais moment (donc pas de voix puisque c'est en playback), les hymnes joués et chantés par des choristes et orchestres que l'on entend pas. Si bien que le public du Stade de France (qui n'entend visiblement pas plus que nous le son) se décale, ce qui devient un capharnaüm risible, avec les 80 000 spectateurs qui couvrent le son, mais à l'image les joueurs de foot (qui ne connaissent que les premiers mots de chaque phrase de leur propre hymne) qui sont complètement décalés. On sent le monteur essayer de trouver des solutions, changer d'angle, etc. Mais rien à faire, c'est pourri.

C'est pourri dans le vers. Alors quand des hommes politiques viennent nous parler de faire attention à ne pas salir l'image de la France, et que eux même défendent ce genre de spectacle affligeant, il faut quand même leur rappeler que c'est eux qui ont fait les choix. Et que si c'était organisé dans un petit pays de l'Est et ex communiste, on aurait bien rigolé avec cette musique de Grande Roue du Cap d'Agde, cette poupée russe maquillée comme un camion volé, ces danseurs perdus avec leurs vagues airs de petits "voleurs d'images" de Jean-Paul Goude du siècle dernier.

Il faudrait quand même leur rappeler qu'à une époque où on parlait de préserver l'image de la France, on mettait la culture et l'éducation au centre de notre société. On nommait des directeurs artistiques à ce genre de grandes manifestations (bicentenaire de la Révolution, JO d'Albertville) et des moyens tels, que tous les pays du monde essayent encore, 25 ans plus tard, de nous imiter à chaque grande inauguration.

Alors si on a le choix, je préfère des touristes qui voient des français bien vivants, fidèles à leurs traditions de râleurs, avec des poubelles qui débordent dans les rues de Paris ; plutôt que des millions de gens qui assistent affligés à la dégringolade de leur modèle culturel : "Alors c'est ça la France maintenant?" se demandent-ils. "Ils sont passés de Monet, Renoir, Beaubourg, Gainsbourg, Goude, Decouflé, Air, Daft Punk, à ça ?"

Messieurs les donneurs de leçon, qui cachez votre crise politique profonde, ce refus d'une loi mal fagotée (qu'on soit pour ou contre), au nom d'une France, ou du Sport, qu'il ne faut pas salir… regardez où cela nous a amené cette recherche du profit, du main-stream, du populaire, du rendement.

Oui, maintenant la France peut avoir honte d'elle. Mais pas à cause de ses poubelles qui débordent, mais à cause de plusieurs années de politiques et de décideurs qui ont détruit lentement notre force culturelle, notre éducation, et nos modèles jadis enviés par tant de pays. Pour en arriver hier au spectacle désolant auquel nous avons assisté.

Mesdames Messiers de la classe politique. Retournez au travail, la fête est finie. Vu l'image de la France donnée au reste de l'Europe hier, on va pouvoir retourner à nos blocages, à nos grèves ; histoire de redorer un peu le blason de notre beau pays.

Nicolas Barrot

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.