Sit-in pacifique en mémoire de Rémi, militant écologiste mort à Sivens

Je rediffuse un message de France Nature Environnement (lien ici), le mode et le lieu me semble bien adapté à cet hommage

Je rediffuse un message de France Nature Environnement (lien ici), le mode et le lieu me semble bien adapté à cet hommage :

Dimanche 2 novembre 2014, à 16 : 00, nous vous donnons rendez-vous devant le Mur pour la Paix, sur le Champ de Mars, Paris 7e pour un grand sit-in pacifique de recueillement en la mémoire de Rémi Fraisse, jeune naturaliste passionné de botanique et engagé au sein du réseau associatif pour la préservation de notre environnement, tué à Sivens (Tarn). 

Dans la nuit du 25 au 26 octobre, Rémi Fraisse, 21 ans, jeune naturaliste passionné de botanique et engagé au sein du réseau associatif pour la préservation de notre environnement, a été tué à l'occasion d’une manifestation contre le projet de barrage à Sivens, dans le Tarn.

 

Sit-in pacifique en mémoire de Rémi, militant écologiste mort à Sivens

Dimanche 2 novembre 2014 - 16 : 00 

Mur pour la Paix - Champ de Mars

Paris 7e

 

Rémi était bénévole à Nature Midi-Pyrénées, une association du mouvement France Nature Environnement. Nous appelons ce dimanche 2 novembre à un grand sit-in pacifique de recueillement en sa mémoire, sans slogan ni banderole, à 16:00, devant le Mur pour la Paix, Paris 7e. 

La Renoncule à feuilles d'ophioglosse, plante dont Rémi, botaniste, était spécialiste, sera le symbole de ce recueillement et de son engagement pour la nature. Une image de cette fleur, à imprimer et découper, peut être téléchargée en cliquant ici, Nous invitons chacun à se l'approprier et à la porter de façon visible lors du sit-in. Un registre de condoléances permettra à chacun d’exprimer son soutien.

Si vous ne pouvez pas être là mais que vous souhaitez vous associer à ce sit-in, nous vous invitons à poser, dimanche soir à 18 : 00, une bougie sur le rebord de votre fenêtre et à arborer la renoncule en signe de soutien. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.