La Police Nationale, vivier d'un terrorisme d'extrême-droite "sur la montante".

Nous savons que le radicalisme religieux est loin d'être la seule menace terroriste qui pèse sur la France. Le terrorisme d'extrême-droite tue, nos services de renseignements en savent le danger imminent. Sachant cela, les récents dossiers de violences policières ont ponctué ces derniers mois de signaux forts de radicalisation fasciste chez de nombreux agents.

"Ce que ces putes (les femmes) ont pas compris c'est qu'"eux" (arabes, noirs, juifs ou plus synthétiquement, les "bâtards") tout ces bougnoules de merde, en cas d'effondrement économique, ils sauront pas les défendre. Alors que moi, qu'elles prennent pour un gentil, un faible, ben moi j'ai les armes"

Ce sont les mots d'un agent de police, diffusés sur France Culture après le lançage d'alerte d'un policier noir écoeuré.

Avec ses collègues, ce policier se vante ensuite (en riant) de posséder des armes de guerre et d'être prêt à s'en servir lors de la "guerre ethnique" qu'il assure imminente.

N'en jetez plus, tout y est : complotisme, collapsologie, racisme, misogynie, détention d'armes de guerre et autres signaux forts annonçant au pire un passage à l'acte meurtrier, au mieux un placement en psychiatrie du susdit fonctionnaire. Aux USA, un tel profil serait celui d'un mass-murderer type, un véritable cas d'école.

Et pourtant ...

Pourtant, on nous parle encore d'exception et de brebis galeuses.

Travailler dans la police de terrain est un métier difficile, très difficile, qui exige un mental et des moteurs psychologiques sains pour être exercé. Cette stimulation républicaine, il faut le dire, a été foulée au pied par la politique du chiffre et les élans sécuritaires électoralistes des derniers gouvernements. Tellement foulée au pied qu'on se demande parfois si elle n'est pas devenu hypothétique. Mais la conséquence effective de cette maltraitance politique, la réalité, c'est que c'est l'idéologie nauséeuse d'extrême-droite qui, comme tous les extremismes, s'est immiscée là où elle aime le faire : dans la détresse.

Ainsi en 2021, on ne peut nier qu'un Islam fourvoyé a su détourner certains jeunes de banlieues désoeuvrés de la paix sociale et de la raison, de même on ne peut plus nier que l'extrême-droite gangrène allègrement une Police Nationale tout juste bonne à gonfler des statistiques et réprimer les mouvements sociaux. C'est un point, un instant T qui a sa genèse. Du pétainisme à la guerre d'Algérie, des rafles de juifs aux algériens jetés dans la Seine, on sait fort bien le passé abject de cette institution dont on a même pas changé le nom après que Pétain et Hitler le lui aient donné : Police Nationale. C'est l'abcès dans notre mémoire, le chancre, le bubon mémoriel que l'on a laissé pourrir.

A cet instant T, nous parlons d'une police qui emploie les termes de "nègres", "putes", "bougnoules", "gauchiasses", "pédés", "bamboula"et j'en passe. Les cas se multiplient. La vérité remonte. A cet instant, nous parlons d'une police dont certains éléments donnent des signaux forts de dangerosité pour l'ordre public, nous parlons d'individus qui, s'ils n'étaient pas flics, seraient fichés S ou en détention.

De là, quand pourrons nous compter sur un gouvernement responsable capable de nommer le danger, de se charger du problème avant que le sang ne coule ? Il y a urgence. La Police est un réservoir électoral pour un Rassemblement National déjà bien en forme (55% des forces de l'ordre votent pour.) La Police est en train de devenir une pépinière à fascistes, armés, désoeuvrés, mais qui trouvent une unité dans la haine. Ce n'est pas digne de notre pays, c'est un danger pour notre sécurité à toutes et tous.

Et la hierarchie ? Quelle part prend-elle dans cette obédience grandissante au néo-fascisme ? Doit-on y voir une volonté politique d'ingérence des syndicats policiers dans l'exécutif ? N'est-ce pas là la continuité morbide des polémistes réacs et racistes qui veulent "leur" guerre civile ?

Ainsi je ne considère pas que nous ayons affaire à des violences policières, nous avons à faire à un prosélytisme hyper efficace de la droite fasciste au sein d'un pilier de l'ordre public.

Le ménage s'impose.

https://www.youtube.com/watch?v=HDrvPpxR_1g&t=528s

https://www.liberation.fr/checknews/2020/06/10/est-il-vrai-que-les-policiers-et-gendarmes-votent-a-75-pour-l-extreme-droite-comme-le-dit-melenchon_1790710

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.