Ami, entends-tu ...

C'est une évidence, le projet de Loi El Khomri foule au pied des décennies de lutte pour la protection du droit des travailleurs. C'est un coup de grâce porté à ce concept même de "gauche" qui voudrait que la solidarité soit un moteur de progrès social, subordonnant radicalement la condition du travailleur à la simple compétitivité de son entreprise. Admettons, nous ne comptons plus les trahisons des élus vis à vis du peuple.

Ce projet de loi ne tombe pas des nues, remaniement ou pas, il était largement prévisible. Il suffit de remonter un an en arrière avec la visite de Manuel Valls en Chine, son discours était clair (sic) : "Vous ne devez pas avoir peur de notre modèle social ... l'idée qu'en France on ne peut pas licencier et que nous ne réformerons pas notre code du travail est une idée fausse." Le message était pourtant clair. Qui plus est à l'approche de l'éventuelle signature du TAFTA (https://www.mediapart.fr/journal/economie/dossier/europe-usa-tout-sur-laccord-transatlantique) dont Moscovici parle comme d'un "accord gagnant-gagnant", il n'y a pas besoin d'être un limier gauchiste pour voir venir l'arnaque gros comme un porte-avion. C'est le champs lexical de l'incursion colo-rectale qui me vient pour poursuivre ce billet mais je vais tâcher de ne pas céder à cet accès de Tourette fulgurant. De toute façon il serait vain de noircir ce blog de ce que m'inspire le comportement inepte de l'actuelle classe "dirigeante".

En revanche, on peut se demander quel discours accompagnera ce "nouveau modèle social" (dixit Moi Président). Nous avons donc un PS qui compte bien faire réélire l'un des siens en 2017 et une opposition qui n'a plus vraiment de raison de s'opposer; qu'est-ce que ces deux engeances vont pouvoir dire à leurs électeurs ? "Alors, non seulement nous avons réduit vos droits et vos recours à ce à quoi il ressemblaient il y a plus d'un siècle, nous avons augmenté vos charges et vos impôts, nous faisons prendre des risques de santé énormes à vos familles, nous traqueront celles et ceux qui ne voudraient pas se soumettre au nouvel ordre social, mais pour ça, il faut nous élire une fois de plus." De toutes façons, un nouveau 49-3 coupera court à tout recours démocratique. Je ne vois pas quel français moyen, de gauche ou de droite, altermondialiste ou nationaliste convaincu, politisé ou pas, pourrait ne pas réagir de manière radicale. Et là aussi, l'actualité prend son sens et nous dévoile le discours qui soutient ces choix politiques imposés au peuple : "Ne vous avisez pas de réagir sinon c'est la prison ferme, comme pour les Goodyear. Ne militez pas pour vos droit, sinon c'est l'assignation à résidence."

Valls, Macron, Hollande, mais aussi toute la droite ultra-libérale, tout l'etablishment se prépare à des réactions violentes de la part des Français. Dans une langue plus simple : Ne lâchons rien, ils ont peur.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.