Nicolas Cadiour
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 févr. 2022

Nicolas Cadiour
Abonné·e de Mediapart

Mélenchon a voté contre la condamnation de l'assassinat de Nemtsov

Le 27 fevrier 2015, l'opposant Nemtsov a été assassiné sous les fenêtre du Kremlin juste avant une manifestation contre la guerre en ukraine. Lorsque le parlement européen a proposé une résolution condamnant cet assassinat, Mélenchon a voté contre. Il n'a pas hésité a mentir pour justifier son vote. A l'époque Clémentine Autain condamner d'autres propos de Mélenchon sur Nemtsov.

Nicolas Cadiour
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Suite à l'assassinat de Nemtsov, Mélenchon a fait un billet sur son blog. Cet article a profondément choqué

 Voici un article évoquant ce billet. 

https://www.mediapart.fr/journal/france/050315/jean-luc-melenchon-joue-saute-cadavre

Mais si l'article de Mélenchon a beaucoup fait réagir, un aspect plus choquant est moins connu. Mélenchon a voté contre une résolution visant à condamner l'assassinat de Nemtsov. Plus grave, il a menti pour trouver un argument pouvant justifier cette décision. Voyons cela en detail. 

Voici le lien vers le blog de mélenchon.

http://europe.jean-luc-melenchon.fr/analyses-des-textes-votes-en-session/9-12-mars-2015/#d34

Voici le lien vers la résolution, lien mis par Mélenchon lui même. 

https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/RC-8-2015-0239_FR.html?redirect

Pour justifier son vote contre ce texte demandant entre autre une enquête sérieuse, il evoque 2 raisons. 

1) Mélenchon réécrit la résolution afin de pouvoir mieux l'attaquer. Voyons cela en detail : 

Voici ce que déclare Mélenchon :

"Quelques lignes plus loin l'antisémite et raciste Alexey Navalny est présenté comme le « frère » de Nemtsov…  A ce point d'aveuglement face à de pareils ennemis de la liberté, on pourrait tout aussi bien écrire que la terre est plate."

Que dit réellement la résolution (lien plus haut) ? Parle elle réellement de Nemtsov comme du frère de Navalny ? Ce passage n'existe pas. Voici cependant ce qui s'en rapproche, le Point J

"J.   considérant que, le 19 février 2015, Alexeï Navalny, figure de l'opposition russe, a été condamné à 15 jours d'emprisonnement pour avoir distribué des tracts destinés à promouvoir une manifestation; que, le 30 décembre 2014, une juridiction l'a condamné à une peine de trois ans et demi de prison avec sursis, tandis que son frère, Oleg Navalny, a été condamné à trois ans et demi de prison ferme;"

Il est bien fait mention du frère d'Alexei Navalny. Mais il s'agit d'Oleg Navalny... Son frere.

Cette réécriture de la résolution lui permet de l'attaquer violemment. Voici ce qu'il se permet de dire :

"A ce point d'aveuglement face à de pareils ennemis de la liberté, on pourrait tout aussi bien écrire que la terre est plate. Je déplore que le Parlement européen puisse voter en cadence une aussi grossière propagande. Plus que de l'ignorance c'est le signe de la volonté manipulatrice des initiateurs de ce texte d'entrer dans une logique de guerre face à la Russie. Les auteurs de ce texte et ceux qui le votent sont des fauteurs de guerre irresponsables ! Il n'est pas sur qu'ils en soient inconscient. Nous devons tout faire pour empêcher cette guerre. Je vote Contre."

Mélenchon ose déformer le texte pour ensuite mener une violente charge contre le parlement européen. Cela lui permet de dire son mantra préféré "Les autres mentent, ils veulent la guerre. Je dis la vérité, je suis du côté de la paix".

Nemtsov était du coté de la paix, il est mort sous les fenêtres du Kremlin. 

Passons au deuxième argument :

2) "Ce texte mensonger prouve tout l'aveuglement de ce Parlement sur la situation en Russie. Ainsi dès la première ligne les faits sont recomposé à la mane idéologique atlantiste. Boris Nemtsov est décrit comme la « figure de proue de l'opposition libérale en Russie» alors que son parti a fait moins de 1% aux dernières élections. On fait mieux comme figure de proue…."

Problème : Voici la présentation de Nemtsov par cette résolution. Elle déroule le CV de quelqu'un qui est effectivement une figure de proue de l'opposition. 

"A. considérant que Boris Nemtsov, ancien vice-premier ministre de la Fédération de Russie, ancien gouverneur de Nijni Novgorod, réformateur notoire de la société et de l'économie post soviétiques russes et figure de proue de l'opposition libérale et démocratique russe, a été assassiné à proximité du Kremlin deux jours avant une manifestation, organisée par ses soins, prévue le 1er mars contre les retombées de la crise économique et le conflit en Ukraine;"

Il s'agit d"Un des militants politiques les plus célèbres de Russie" selon Amnesty International par exemple. 

Pour finir, voici une mise au point du mouvement de Clémentine Autain, Ce texte dénonce les attaques envers Clémentine Autain sur les réseaux sociaux suite à ces propos. C'est le quotidien de ceux qui osent critiquer Mélenchon. Clémentine Autain a fait preuve de courage, elle peut en être fière. En 2015...

https://www.ensemble-fdg.org/content/mise-au-point-densemble

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal
Immigration : le projet de Borne entre « fermeté et humanité » ne trompe personne
Les députés et le gouvernement ont débattu mardi soir, sans voter, des orientations du futur projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour le début 2023. Un texte « équilibré », a vanté la première ministre, sans convaincre les oppositions. Profondément divisées.
par Nejma Brahim
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop