Nicolas Cheviron
Journaliste, champ d'expertise: la Turquie
Pigiste Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 nov. 2015

Procès des exécutions sommaires de Cizre : les accusés acquittés

Nicolas Cheviron
Journaliste, champ d'expertise: la Turquie
Pigiste Mediapart

La justice turque a prononcé jeudi soir l’acquittement pour tous les accusés du « procès de Cizre », huit militaires et suppléants de l’armée poursuivis pour les exécutions extrajudiciaires de 21 détenus dans la ville de Cizre (Sud-Est) au plus fort de la guerre contre les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), entre 1993 et 1995. Le verdict controversé met un terme à un procès de six ans perçu à son ouverture, en 2009, comme une volonté du pouvoir AKP de faire la lumière sur une des périodes les plus sombres de l’histoire turque.

La deuxième chambre d’assises d’Eskişehir –le procès a été transféré dans cette ville de l’ouest du pays pour éviter d’éventuelles tentatives de vengeance de la population de Cizre à l’encontre des accusés- a suivi les réquisitions du parquet, qui réclamait l’acquittement au motif d’une « absence de preuves indiscutables, crédibles et qui emportent la conviction », a rapporté la chaîne d’information IMC-TV.

L’ex-colonel de gendarmerie Cemal Temizöz, l’ancien chef des gardiens de village (supplétifs kurdes recrutés par l’armée turque pour lutter contre le PKK) Kamil Atağ -devenu maire de Cizre- et deux de ses hommes, ainsi qu’un gendarme et trois « repentis » du PKK encouraient la prison à vie pour « constitution d’une organisation à but criminel, appartenance à cette organisation, incitation au meurtre et meurtre ».

Temizöz, alors commandant de la garnison de gendarmerie de Cizre, près de la frontière irakienne, et son groupe étaient accusés d’avoir fait disparaître au moins 21 personnes placées en garde à vue entre les années 1993 et 1995. La plus jeune était âgée de 12 ans, selon l’acte d’accusation.

Lors de l’audience jeudi, les familles de victimes ont imploré la cour de condamner les accusés. « Je vous en supplie, ne les acquittez pas. Même si (mon mari) avait commis une faute, c’est en prison qu’il aurait dû aller, pas sous la terre », a lancé l’épouse d’Ömer Candoruk, citée par l’agence d’information BIA. « Puisque je ne peux plus voir mon enfant, qu’eux aussi aillent en prison et ne puissent plus voir les leurs », s’est exclamée la mère de Yahya Akman.

Le colonel Temizöz a pour sa part pris à partie les organisations de défense des droits de l’Homme, qu’il a accusé de manipuler l’opinion publique au profit des rebelles kurdes.

Les poursuites contre les huit accusés ont été engagées en 2009 à la suite d’une dénonciation par un ancien gardien de village et de l’exhumation des ossements de plusieurs victimes. Le procès, entamé dans un contexte de remise au pas de l’armée par le gouvernement du Parti de la justice et du développement (AKP), était alors perçu comme une étape importante dans la mise au jour des crimes commis par les forces de sécurité –en particulier par le JITEM, les services secrets de la gendarmerie- au cours des années 1990 dans leur lutte contre le PKK.

Selon la Fondation turque des droits de l’Homme (TIHV), le nombre de victimes d’exécutions extra-judiciaires dans le Sud-Est, alors placé sous état d’urgence, a atteint 31 en 1991, 362 en 1992, 467 en 1993, 423 en 1994 et 166 en 1995.

L’acquittement qui vient clore ce procès intervient quant à lui en pleine recrudescence des violences entre les forces de sécurité et le PKK, après l’arrêt en juillet de négociations de paix et un revirement du gouvernement vers une rhétorique de plus en plus nationaliste.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier