Nicolas Cheviron
Journaliste, champ d'expertise: la Turquie
Pigiste Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2015

23 ans de prison requis contre une journaliste bête noire des Erdoğan

Nicolas Cheviron
Journaliste, champ d'expertise: la Turquie
Pigiste Mediapart

Maintes fois poursuivie pour ses chroniques par la famille Erdoğan, la journaliste Canan Coşkun, du quotidien d’opposition Cumhuriyet, comparaissait jeudi à Istanbul dans un nouveau procès après avoir évoqué l’octroi de ristournes lors de la vente d’appartements de luxe à des juges et procureurs proches du pouvoir. Elle encourt 23 ans et 4 mois de prison.

Dans un article en date du 2 février 2015 (http://www.cumhuriyet.com.tr/haber/turkiye/217342/Yargida_tartisilan_konut_satisi.html), Canan Coşkun a fait état de la vente par la compagnie immobilière Emlak Konut GYO d’appartements de luxe à des conditions très avantageuses –la remise pouvant approcher les 100.000 livres turques, soit 30.000 euros- à de nombreux magistrats membres de la Plateforme Unité du Judiciaire (YBP), réputée proche du gouvernement.

La journaliste a étayé son affirmation en citant les noms d’une dizaine d’heureux propriétaires –des juges et procureurs qui se sont fait connaître pour certains par leur rôle dans l’abandon des poursuites pour corruption lancées contre des proches du président Recep Tayyip Erdoğan fin 2013- et le montant de leurs ristournes respectives.

Le parquet a reconnu dans cet article un acte d’« insulte à un agent public dans le cadre de ses fonctions », et réclamé une peine de deux ans et quatre mois de prison multipliée par le nombre de personnes lésées, soit un total de 23 ans et quatre mois d’emprisonnement.

Lors de cette première audience devant la 2e chambre correctionnelle d’Istanbul, la jeune femme a plaidé l’innocence, soulignant que ses propos n’étaient en aucun cas liés aux actes pratiqués par les magistrats dans le cadre de leurs fonctions, tandis que ses avocats invoquaient le droit d’informer, garanti par la Constitution, a rapporté l’agence d’information indépendante BIA.

La cour a ordonné la convocation de représentants d’Emlak Konut GYO à la prochaine audience, fixée au 15 mars 2016, pour établir la réalité des allégations de la journaliste.

Canan Coşkun a été nommée correspondante judiciaire du quotidien Cumhuriyet en octobre 2013, soir deux mois avant le lancement d’une des plus grandes opérations anticorruption  de l’histoire turque. Cette enquête, menée du 17 au 25 décembre 2013 par la police turque, visait notamment la famille Erdoğan et des proches, et a conduit à l’arrestation de plusieurs fils de ministres.

Les investigations ont toutes été conclues par un non-lieu et la plupart des enquêteurs ont été mutés ou mis à pied, le gouvernement arguant d’un complot mené par la communauté religieuse du prédicateur Fethullah Gülen –un ancien allié d’Erdoğan, devenu son pire ennemi- dans le but de renverser l’actuel président.

La correspondante judiciaire a depuis été visée par de nombreuses poursuites en raison de ses articles, et revendique avec fierté le privilège d’avoir été poursuivie par tous les membres de la famille présidentielle à l’exception d’Emine, l’épouse de Recep Tayyip.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose