Nicolas Corté
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mars 2015

Valls des étiquettes : pour mieux s'accrocher au mirage...

Les élections départementales sont avant tout une élection locale. Alors je vais partir du local : dans mon canton, ce n'était pas forcément la joie. Sur cinq binômes candidats, il y avait le FN, Debout la France, un UMP/UDI (dont le maire d'une des deux principales communes du canton), un Divers droite (envoyé au casse-pipe par le maire de l'autre grande commune du canton, qui ne peut pas blairer le précédent. C'est bon, vous suivez ? Que c'est beau la politique, décidément... Même au niveau local) et un attelage Front de gauche/EELV.

Nicolas Corté
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les élections départementales sont avant tout une élection locale. Alors je vais partir du local : dans mon canton, ce n'était pas forcément la joie. Sur cinq binômes candidats, il y avait le FN, Debout la France, un UMP/UDI (dont le maire d'une des deux principales communes du canton), un Divers droite (envoyé au casse-pipe par le maire de l'autre grande commune du canton, qui ne peut pas blairer le précédent. C'est bon, vous suivez ? Que c'est beau la politique, décidément... Même au niveau local) et un attelage Front de gauche/EELV.

Un seul binôme de gauche, donc. Et pas de PS. Évidemment, pas de PS. Dans un petit canton comme le mien, même Dupont-Aignan peut trouver quatre candidats (les deux titulaires et les remplaçants), mais le PS ne le peut plus. Personne n'a voulu y aller. Je me demande même s'il y a encore des militants PS dans le coin. Rien que ce petit constat local en dit long, très long, sur l'état réel de cette formation. Surtout quand il n'est pas isolé : mon département (les Vosges) est découpé en 17 cantons ; et sur ces 17, le Parti socialiste n'a présenté de candidats que dans un seul. Un seul ! Dans toutes les Vosges. Un canton (celui de Gérardmer) d'ailleurs remarquablement pourvu en la matière, au passage, puisqu'il a même bénéficié de deux binômes estampillés PS. Sans doute pour rattraper le vide intersidéral des autres... Avec un résultat au-delà des espérances : dans ce canton historiquement à gauche (enfin, au PS...) depuis des lustres, le second tour opposera dimanche l'UMP au FN. Félicitations au PS local, qui aura vraiment battu un record de connerie (désolé, je ne vois pas d'autre terme). Oh, il y avait bien, dans le département, quelques "Divers gauche" officieusement soutenus par le PS. Très officieusement : la plupart n'ayant pas leur carte, les autres ne l'ayant plus (ils avaient été exclus pour dissidence lors des municipales...). Et il y avait aussi, ne soyons pas mauvaise langue, un binôme "Union de la gauche", avec le secrétaire départemental du PS. Sans aucun résultat probant. De toute façon, cela fait longtemps que les Vosges sont une terre de droite.

Mais je digresse. Revenons à mon canton à moi. Celui où la seule proposition de gauche est donc formée d'un binôme alliant PCF (donc Front de gauche) et EELV. Je n'ai pas trop l'habitude de voter communiste (je cherche des options un peu plus dynamiques et modernes, comme Nouvelle Donne) mais bon voilà, c'était la seule option de gauche. En plus, ce candidat PCF se trouve être mon voisin. Un voisin sympa. Alors va pour l'attelage PCF/EELV... Le moins que l'on puisse dire, c'est que mon voisin il n'aime pas trop la politique actuelle du gouvernement. Voire pas du tout. Comme l'ensemble du Front de gauche, en fait.

Jusque-là, rien d'étonnant. Mais à présent, je vais montrer comment cet exemple local illustre un tripatouillage d'ampleur nationale, et vous présenter le petit tour de magie du prestidigitateur Manuel Valls, repris par la quasi-totalité des instituts de sondage (excepté CSA). Mon voisin, comme il est allié à un autre parti que le sien (EELV), hé bien il est classé comme Divers gauche (DVG). Et les DVG, ils sont classés comme "de gauche", sans autre précision. Ensuite, ils deviennent "alliés du PS". Et, au final, ils sont ajoutés au score du PS par les sondeurs, et même par le ministère de l'Intérieur et Houdini-Valls.

Et voilà comment mon voisin, comme des milliers d'autres prétendus DVG, se retrouve à apporter ses 10 % de voix au PS au niveau national. Ce PS qu'il ne peut pas plus blairer que son parti. "Le PS résiste", a titré Libération pour faire écho aux rodomontades triomphales de Valls ? C'est vrai qu'en comptant comme ça, ça aide. En particulier à faire vivre le mirage, l'illusion, d'une défaite électorale amoindrie. Voire même, pourquoi pas, d'une authentique victoire. D'ailleurs, je propose de ne pas s'arrêter en si bon chemin et d'ajouter au PS les scores de l'UDI et de l'UMP. Après tout, c'est presque la même politique, non ?

Bravo M. Valls pour ce triomphe électoral !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — International
Allemagne : les libéraux tiennent les cordons de la bourse
Futur ministre des finances de la « coalition feu tricolore » , Christian Lindner a réussi à moderniser un parti libéral qui, en 2013, était en danger existentiel. Décidé à imposer ses vues, il devrait être l’homme fort du gouvernement.
par Romaric Godin
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour prendre une photo de famille, tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire de la politique française », contrairement à ce que pensent ses participants.
par Ellen Salvi
Journal — International
Thales est soupçonné de transfert de technologies à la junte birmane
Le groupe de défense européen entretient un partenariat étroit avec le conglomérat indien Bharat Electronics Limited, fournisseur important de l’armée birmane. De nombreux éléments laissent penser qu’il pourrait violer l’embargo sur les livraisons d’armes. Trois ONG l’interpellent.
par Côme Bastin
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine