NICOLAS UBELMANN
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 déc. 2021

POUR LA FRANCE DE 2022… REVENONS A CELLE DE 1980 !

NICOLAS UBELMANN
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Quel programme défendre pour les prochaines élections présidentielles ? Épineuse question… à laquelle je serais tenté de répondre : essayons de retrouver le niveau de vie des années 80 ! 

Les années 80, vous savez quand la baguette faite par un vrai boulanger coûtait l’équivalent de 30 centimes d’euros, et qu’elle restait encore bonne deux jours plus tard. Quand nous pouvions aller n’importe où en France par le train, dans de charmants villages où les volets n’étaient pas tous fermés pour cause de chômage et de fermeture d’usines. Ce bon vieux temps où les lettres confiées à la Poste mettaient 24h pour arriver à l’autre bout du pays et quand ce miracle, qui ne se produit plus aujourd’hui à moins d’y mettre le prix fort, était quotidiennement accompli pour la modique somme de 3 centimes d’euros.

Ce temps béni où le plus petit des restaurants faisait de la cuisine et non de l’assemblage de produits industriels, ce temps écologique où les meubles et les objets que vous achetiez vous duraient une vie, sinon plus. Cette époque généreuse où votre propriétaire ne vous louait pas un placard pour la moitié de votre salaire et où l’on partait à la retraite à 60 ans… Ce temps humain où l’on comprenait sa facture d’électricité et où on pouvait avoir un autre humain au téléphone pour régler un problème. Ce temps improbable où vous pouviez avoir un CDI ou un rendez vous chez le médecin sans attendre 6 mois ou plus…

Nous sommes en 2022 bien loin de ce confort social des années 80. Des années où la gauche gouvernait, sois dit en passant...

Où sont les progrès promis par les néo-libéraux qui nous ont cassé ce monde, années après années, réformes après réformes, toujours animés par leur foi en la concurrence ? Qu’en disent-ils eux-même ? Qu’on n’est pas allé assez loin encore.. Qu’il faut achever de détruire toutes les constructions collectives issues de la deuxième guerre mondiale et du programme de la résistance. Détricoter les services publiques pour les remplacer par du service privé, censé être plus efficace ou rapporter plus. Selon le point de vue.

La réalité est tout autre et pour tout ceux qui ont connu les années 80, ils constatent que tous ces services se sont dégradés et qu’au final, leur niveau de vie et leur espoir dans l’avenir en ont pris un sacré coup. Ce qui était un acquis à l’époque relève aujourd’hui d’un challenge quasi impossible à relever. En 2022, il faut peut-être mieux habiter à Marrakech qu’à Rodez pour espérer trouver un dentiste en cas de rage de dent...

Pourtant la France ne s’est pas appauvrie depuis toutes ces années : le PIB a quasi doublé depuis 1980 et les technologies aidant, il est tout à fait anormal que nous ne pouvions plus nous payer ce que nous avons connu il y a 40 ans. Le gâteau a doublé de taille mais on vit moins bien qu'avant... cherchez l'erreur !  Le mirage pour faire patienter les pauvres, sommés d'attendre la croissance pour en récolter les fruits, ne tient plus.
 
Alors s’il faut un programme pour la France, ce n’est pas une énième réforme du système ou une sois-disante modernisation, un autre modèle ou je ne sais quelles balivernes que l’on nous prépare pour ces élections présidentielles. C’est plutôt un retour en arrière qu’il faudrait opérer ! Retrouver le niveau de vie des années 80 serait déjà une belle réussite pour le quinquennat du prochain président… 

Nicolas UBELMANN

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz