Nicolas Valode
Producteur audiovisuel et nouveaux médias, fondateur de l'agence Let's Pix
Abonné·e de Mediapart

32 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mars 2009

Défendre une certaine conception du journalisme en soutenant Isabelle Cottenceau

Nicolas Valode
Producteur audiovisuel et nouveaux médias, fondateur de l'agence Let's Pix
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans quelques jours s’ouvre un procès particulièrement inquiétant pour la pratique du journalisme. Car ce qui se joue dans cette affaire dépasse largement le cadre d’un délit de droit commun : l’enjeu du procès n’est rien de moins que le rôle du journaliste d’investigation dans notre société démocratique. Pourra t’il continuer à informer sur des sujets dérangeants sans risquer les foudres judiciaires ?

Cette affaire, un cas encore inédit dans les annales judiciaires, est celle d’Isabelle Cottenceau, cette journaliste de notre agence de presse poursuivie pour complicité de violence alors qu’elle exerçait sa profession en réalisant un reportage consacré aux modifications corporelles chez les adolescents. Sa condamnation aurait pour conséquence de criminaliser le travail d’investigation des journalistes. Voici pourquoi nous nous mobilisons pour la soutenir, notamment avec une pétition déjà signée par près d’un millier de citoyens qui souhaitent défendre une certaine conception des libertés publiques, et celle de la presse en particulier.

Pour ceux qui ne connaissent pas le fond de ce dossier, je les renvoie vers les communiqués de Reporters sans Frontières et de la Fédération des agences de presse, publiés sur ce blog ainsi que vers la tribune éditée par Médiapart le 3 mars dernier « S’inquiéter pour la pratique du journalisme en France ? ».

Pour ceux qui, n’ayant pas vu le reportage, et s’interrogeraient encore sur le bien-fondé de porter à la connaissance du public un tel thème, je voudrais donner quelques éclairages. En effet, la quête de départ, lorsque nous avons commencé cette enquête, était loin d'être motivée par un quelconque sensationnalisme. Au contraire même. Le sujet traité nous paraît toujours, particulièrement légitime d'être abordé et sérieusement traité.

Voici d'ailleurs, pour votre information, le résumé du reportage - Ils jouent avec leur peau - signé Isabelle Cottenceau et diffusé dans l'émission Zone Interdite en 2006 :

"Au moins un jeune sur cinq serait adepte des modifications corporelles, tatouages et piercings en tête. Comment expliquer cet engouement ? Effet de mode ? Rébellion ? Déviance ou mal-être ? Des coquetteries de jeune fille aux expériences extrêmes, nous avons mené l'enquête auprès des adolescents et de leurs parents."

Ce reportage donne la parole à des psychiatres et des médecins qui y apportent leur éclairage professionnel pour nous aider à comprendre ce que ce phénomène raconte. Nous nous intéressions également au rôle des parents et de certains adultes qui gravitent autour de cet univers.

Mais pourquoi donc avoir abordé dans le cadre de ce sujet la pratique extrême de la suspension, un phénomène qui compte de plus en plus d’adeptes mais qui reste encore

Pour la signer, envoyer un mail avec votre prénom, nom et fonction :

petitioncottenceau@tac-presse.fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas. Une enquête à lire et à regarder.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal
Dans l’Essonne, un « harcèlement discriminatoire » par amendes interposées
Au printemps 2020, trente-deux habitants d’Epinay-sous-Sénart ont reçu des dizaines de contraventions pour des sorties injustifiées pendant le confinement. Affirmant avoir été verbalisés à distance par la police municipale, une pratique illégale, ils ont saisi le Défenseur des droits.
par Camille Polloni et David Perrotin
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La socialiste et le partisan de la Remontada ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche pour la présidentielle, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran