Nicolas Valode
Producteur audiovisuel et nouveaux médias, fondateur de l'agence Let's Pix
Abonné·e de Mediapart

32 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mai 2009

Les artistes femmes dans les collections du Centre Pompidou

Le Centre Pompidou lance une nouvelle présentation de ses collections avec l'événement elles@centrepompidou à partir de mercredi 27 mai 2009. 

Nicolas Valode
Producteur audiovisuel et nouveaux médias, fondateur de l'agence Let's Pix
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Centre Pompidou
© Centre Pompidou
Le Centre Pompidou lance une nouvelle présentation de ses collections avec l'événement elles@centrepompidou à partir de mercredi 27 mai 2009.

Après Big Bang en 2005 et le Mouvement des Images en 2006-2007, elles@centrepompidou est la troisième présentation thématique des collections du Centre Pompidou. C'est l'occasion pour l'institution, qui a constitué la première collection européenne d'art moderne et contemporain - près de 60 000 oeuvres au total - de proposer un nouveau regard sur l'histoire de l'art du 20e siècle et du début du 21e.

En effet, le choix a été de présenter exclusivement des artistes femmes parmi les collections du musée national d'art moderne, une première mondiale pour une telle institution. Elles sont artistes plasticiennes, photographes, vidéastes, cinéastes, chorégraphes, architectes, designers.... Elles ne sont ni forcément féministes ni forcément sexuées dans leurs pratiques artistique. Pour le Centre Pompidou, cet événement est bien sur l'occasion d'affirmer avec force un engagement auprès des artistes femmes, de toutes disciplines confondues et de toutes nationalités pour les remettre au centre de l'art du 20e siècle à aujourdhui. Cet accrochage inédit présente dans l'espace du musée plus de 500 oeuvres et plus de 200 artistes : des figures emblématiques telles Sonia Delaunay, Frida Kahlo, Dorothea Tanning, Joan Mitchell, Maria-Elena Vieira da Silva voisinent avec les grandes créatrices contemporaines, parmi lesquelles Sophie Calle, Annette Messager, Louise Bourgeois ont fait l'objet d'expositions monographiques récentes au Centre Pompidou.

Certains se demanderont sans doute pourquoi avoir fait le choix d'une thématique par genre, la création n'étant a priori pas sexuée.

D'abord, cela n'a pas toujours été le cas : il suffit de faire un tour à Orsay ou au Louvre pour remarquer que les artistes femmes sont quasiment absentes. Une des oeuvres exposée dans cet accrochage inédit nous renseigne sur la persistance de ce constat. En 1989, les Guerilla Girls dénonçaient la faible présence d'artistes femmes dans les collections d'un des musées les plus importants du monde, le Metropolitan Museum à New York avec un tableau sous forme de slogan :

"Do women have to be naked to get into the Met.Museum ?" / Les femmes doivent-elles être nues pour entrer au Metropolitan Museum ?

A l'époque moins de 5 % des artistes des sections modernes du musée étaient des femmes, mais, relevaient-elles, 85 % des nues étaient des femmes. Il est à noter que nombreuses artistes ont été longtemps oubliées des conservateurs des musées uniquement parce qu'elles étaient femmes. Certaines ne trouvant enfin la reconnaissance du public que trop tardivement.

Avec cette présentation exclusivement féminine, le Centre Pompidou nous permet du coup de redécouvrir l'histoire de l'art moderne et contemporain avec un autre regard.

Nicolas Valode

PS : le Centre Pompidou met en ligne ce soir un site réalisé avec l'INA consacré à cet événement.

http://elles.centrepompidou.fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux