nicolaskemoun
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 sept. 2022

nicolaskemoun
Abonné·e de Mediapart

En lycée aussi, l'éducation doit être prioritaire !

En juin, 14 lycées ont envoyé une lettre ouverte à Pap Ndiaye lui demandant de réintégrer les lycées dans l'éducation prioritaire. A ce jour, malgré des déclarations dans la presse truffées de bonnes intentions pour les élèves des catégories populaires, la réalité est que le nouveau ministre n'a même pas daigné leur répondre. Contact : educpriolycée@protonmail.com

nicolaskemoun
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En lycée aussi, l'éducation doit être prioritaire !

Les lycées ont été sortis de l'éducation prioritaire au moment de la réforme de l'éducation prioritaire organisée par Vincent Peillon et Najat Vallaud-Belkacem, Jean-Michel Blanquer s'étant bien gardé pendant 5 ans de les y réintégrer.  Aujourd'hui, seuls les écoles et les collèges bénéficient d'un tel classement REP (réseau éducation prioritaire) et REP+ (réseau éducation prioritaire renforcé). Les lycées accueillant un public défavorisé socialement et dont les élèves sont majoritairement issu.e.s des collèges REP et REP+ ne bénéficient donc plus d'aucun dispositif compensatoire et sont traités comme les lycées de centre-ville. La conséquence : des effectifs surchargés qui ne permettent pas de prendre en charge les difficultés scolaires liées à l'environnement socio-économique défavorisé de nos élèves.

Suite à la nomination de Pap Ndiaye, en juin 2022, 12 lycées accueillant une majorité d'élèves issu.e.s des collèges REP et REP+ envoyaient une lettre ouverte au Ministre de l'éducation pour réclamer le retour des lycées dans l'éducation prioritaire. En voici la liste : (Jacques Brel et Marcel Sembat à Vénissieux (69), Robert Doisneau à Vaulx-en-Velin (69), Frédéric Faÿs et Pierre Brossolette à Villeurbanne (69), Albert Camus à Rilleux-la-pape (69), Guy de Maupassant à Colombes (92), Galilée à Gennevilliers (92), Joliot-Curie à Nanterre (92), Victor Hugo à Marseille (13), Elie Faure à Lormont (33), Jacques Brel à La Courneuve (93). Cette lettre a été depuis adoptée et envoyée par deux lycées supplémentaires : La Viste (Marseille, 13) et Feyder (Epinay sur Seine, 93).

Dans cette lettre ouverte (en pièce jointe), nous demandions un véritable statut « d'éducation prioritaire » pour nos lycées, matérialisé par la publication d'une carte des lycées, avec :

- des seuils fixes et clairs concernant les effectifs par classe (25 élèves maximum en Seconde GT et en voie Technologique ; 30 élèves maximum en Première et en Terminale Générales ; 12 élèves en CAP, 15 élèves en 3ème prépa métiers, 24 en bac pro) ;

- des moyens supplémentaires conséquents, en heures-poste, pour dédoubler les classes et réaliser les projets pédagogiques dont nos élèves ont besoin ;

- des embauches massives de personnels de vie scolaire, de personnels médicaux et socio-éducatifs (infirmier·e·s, assistant·e·s sociales/sociaux, médecin scolaire) ;

- un système de bonifications et de primes pour tous les personnels exerçant dans nos lycées de manière à stabiliser les équipes et rendre nos métiers attractifs ;

Le Ministre n'a même pas daigné répondre à notre courrier. Alors qu'il prétend dans sa lettre de rentrée que son "premier axe est celui de la lutte contre les inégalités scolaires", qu'il dresse le constat "d'une école qui peine à donner à tous les mêmes chances de réussir." ou affirme qu'"il est de ma responsabilité de prendre en charge le drame de l'injustice que nourrit notre système scolaire en ne permettant pas suffisamment aux plus pauvres d'espérer transformer leur condition sociale", Pap Ndiaye traite notre demande par le mépris. Le seul dispositif conçu explicitement pour réduire les inégalités scolaires en accordant plus à ceux qui ont le moins a été supprimé pour les lycées comme si les difficultés économiques et sociales de nos élèves disparaissaient par miracle au moment de leur arrivée au lycée.

Nous ferons tout pour que cette question de l'éducation prioritaire en lycée soit à nouveau mise à l'agenda politique. Notre collectif va continuer de diffuser cette lettre ouverte pour élargir le nombre de lycées signataires, solliciter le soutien des syndicats enseignants, des associations de parents d'élèves et des syndicats lycéens. Le Ministre devra se positionner et agir pour mettre en application les beaux principes énoncés dans sa lettre de rentrée en réintégrant les lycées dans l'éducation prioritaire. 

Les personnels mobilisés des lycées devant relever de l'éducation prioritaire

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Journal — Asie et Océanie
Xi Jinping, le pompier pyromane
L’atelier du monde est au bout du rouleau et dans toute la Chine, des protestations réclament la fin des mesures draconiennes de contrôle social décidées au nom de la lutte contre le Covid. Le numéro un chinois est pris au piège de sa politique autoritaire.
par François Bougon
Journal — Transparence et probité
Le n°2 de l’Élysée, Alexis Kohler, s’enferre dans le déni face aux juges
Mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » en septembre, le secrétaire général de l’Élysée se voit reprocher « sa participation » comme haut fonctionnaire, entre 2009 et 2016, à des décisions touchant le groupe MSC, lié à sa famille. Lors de son interrogatoire, il s’est dit « choqué » que « son intégrité » soit mise en cause.
par Martine Orange
Journal
Soupçons de fraude fiscale : la justice saisie du cas de l’ex-ministre Caroline Cayeux
La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a fait savoir mardi qu’elle avait signalé au parquet de Paris le cas de Caroline Cayeux, ministre démissionnaire du gouvernement, soupçonnée d’évaluation mensongère de son patrimoine et de fraude fiscale.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart