Nicole BOUCHETON
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 déc. 2012

Stop à l’emprise du corps médical sur notre mort !

Nicole BOUCHETON
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

D’après l’enquête de l’INED du 3/12/12, un  décès sur deux survient sur décision médicale ; un sur cinq, sans le consentement du patient même si celui-ci est encore conscient !

Voici une enquête qui met bien en lumière les inconséquences de la loi actuelle.

Elle a été dans presque tous les cas (hormis 0,8% d’actes que l’on peut qualifier d’euthanasies) scrupuleusement respectée. En effet, les décès ont fait suite à l’interruption de traitements et/ou à l’administration intensifiée de médicaments antidouleurs. Stricte application de la loi dite Leonetti, loi du « laisser mourir ».

 Mais voici une loi qui traite avec bien de la légèreté de la liberté.  

Le médecin agit en juge (en dieu ?) absolu: lui seul « sait » ce qu’il convient de décider pour autrui. Dans un cas sur cinq, il ne prend même pas l’avis de la personne concernée ! Cette loi est faite par un médecin pour le médecin. C’est lui qui est au centre du dispositif et prend la place qui revient de droit à l’individu.

 La mort, le choix du moment de sa mort est encore et toujours affaire médicale. Quand sera-t-elle une affaire citoyenne ?

 Lorsqu’a été débattue la loi autorisant l’avortement, certains parlementaires ont proposé des amendements pour en faire une affaire médicale : une commission (juge, médecin) devait statuer sur le bien fondé de la demande de la femme. Simone Veil, qui a porté cette loi, s’est battu pour que seule la femme concernée décide car cette résolution personnelle ne regarde qu’elle.

S’il existe un autre évènement intime, c’est bien notre mort. C’est à nous d’en décider le moment et au médecin de respecter notre choix. Le médecin est la personne compétente, le technicien qui rend possible la réalisation de notre volonté, pas celui qui juge et décide à notre place.

 J’espère que nos politiques vont enfin voter une loi légalisant l’euthanasie qui fera de l’individu l’acteur de sa vie jusqu’au bout, ce qui est la moindre des choses.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
L’« année zéro » de la diplomatie allemande
La Russie vient de donner une rude leçon de géopolitique à l’Allemagne en lui rappelant sa vulnérabilité militaire et économique. Pour la diplomatie allemande, qui a misé sur la carte russe pendant vingt ans, l’humiliation est profonde, et le constat brutal. Premier volet de notre série sur « l’adieu au pacifisme » outre-Rhin.
par Thomas Schnee
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat