Nicole Lapierre
Sociologue, directeur de recherche au CNRS
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 avr. 2018

Nicole Lapierre
Sociologue, directeur de recherche au CNRS
Abonné·e de Mediapart

En tant que juive

Pour répondre au « Manifeste contre le nouvel antisémitisme », rédigé par Philippe Val, publié dans Le Parisien du dimanche 22 avril et signé par près de 300 personnes, je m’exprimerai, et c’est la première fois, en tant que juive. Ce n’est pas de gaité de cœur, tant je ressens cela comme une réduction de moi-même.

Nicole Lapierre
Sociologue, directeur de recherche au CNRS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Car si c’est une part de mon identité, de l’histoire et de la mémoire dont j’ai hérité, c’est une part seulement. Certes, j’ai beaucoup écrit sur la mémoire juive, ses aléas et son histoire, à une époque où cela n’allait pas de soi et en me sentant bien sûr concernée. Mais j’ai toujours revendiqué une identité plurielle, française, juive, parisienne (j’aime tant cette ville), femme de ma génération faite d’expériences et de souvenirs partagés, socio-anthropologue attirée par la diversité du monde et bien d’autres choses.

Rien d’exceptionnel, nous sommes tous et toutes pluriel(e)s. Si je me résous à m’exprimer de cette façon, malgré tout, c’est parce qu’il y a urgence. Et parce que je sais que cette parole peut être (un peu) plus audible, (un peu) plus acceptable, ce qui justement me désole. Car cela, déjà, est un symptôme : ce manifeste intimide et délégitime la critique, a fortiori si elle vient d’une personne non juive, et plus encore d’une personne de culture ou de foi musulmane. Comment oser discuter un manifeste qui défend les Juifs face aux attaques qu’ils subissent ?

Nul hasard d’ailleurs si dans les quelques textes courageux que j’ai pu lire, dont celui, formidable et douloureux, de Claude Askolovitch, il faut commencer par acter qu’il y a de l’antisémitisme dans ce pays et que des crimes antisémites y ont été perpétrés. Cette réalité est indéniable et grave. Mais l’on sent bien aussi que c’est un préalable indispensable pour ne pas être soupçonné de la minorer, par complaisance ou, au mieux, naïveté. C’est sans doute aussi pour ce préalable que certain(e)s ont signé, sans trop réfléchir (du moins faut-il l’espérer). Or, ce manifeste est pernicieux.

D’une part, parce qu’il enrôle le combat contre l’antisémitisme dans une revendication nationaliste et une captation identitaire dont il n’a que faire. Et d’autre part, parce qu’il agite la vieille et dangereuse thématique de la « concurrence des victimes », en opposant deux populations, au nom d’une hiérarchie des préjudices. D’un côté la lutte contre l’antisémitisme, juste, nécessaire, dans l’ombre portée de la Shoah. De l’autre la dénonciation, jugée exagérée, voire injustifiée, de l’islamophobie, qui « dissimule les chiffres du ministère de l’Intérieur : les Français juifs ont 25 fois plus de risques d’être agressés que leurs concitoyens musulmans. »

Las, « la bassesse électorale calcule que le vote musulman est dix fois supérieur au vote juif. » Selon cette comptabilité, cela pourrait empirer, d’où cet « avertissement solennel » selon lequel « La France sans les Juifs, [ne serait] plus la France ». Et son envers subliminal, mais explicite chez quelques signataires de ce manifeste : la France submergée par le « grand remplacement » musulman, ne serait plus la France. Les uns enrichissent le pays, son histoire et sa culture, ce qui est indéniable et a été longtemps nié. Les autres l’envahissent, et cette symétrie inversée est infâme, niant qu’à leur tour ils l’enrichissent.

Si le poids des chiffres ne suffit pas, on y ajoute le poids des mots : il s’agit « d’une épuration ethnique à bas bruit au pays d’Émile Zola et de Clemenceau ». Bref, il y a de vraies victimes, juives, et de fausses victimes, musulmanes, parmi lesquelles se recrutent les bourreaux. Ce face à face mortifère ne peut qu’attiser les peurs et les haines en prétendant les combattre. Le péril est là.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau