Le mouvement des geignards

Dans les livres d’histoire de l’avenir, on pourrait imaginer, pour la période disons 2000 et quelques, qu’il y aurait eu un mouvement global appelé par ses adversaires « les chochottes » ou « les mamies » ou « les geignards ». Ce serait un mouvement constitué de personnes qui tentent de ne pas participer à la brutalisation de la vie. A la place où elles sont, à l’échelle du sujet.

Il s'agirait de prendre conscience qu'un grand nombre de nos actes nuisent à des autruis que nous ne connaissons pas et participent à détruire ce qui a été institué pour le bien commun.

En somme, ne pas céder à l'injonction de vouloir vite ce qui n'est pas urgent. La pression et l'urgence étant créées d'elles-mêmes par ceux qui les subissent, et réciproquement, on peut penser qu'un tel mouvement de refus conduirait à adoucir le passage de tous sur la planète.

Exemples d'actions :

- ne jamais noter un congénère après une visite, un achat, une demande de renseignements, une prise de rendez-vous,

- n'accorder aucun crédit au mot "mérite" parce que tout être humain se considère comme méritant et que celui qui jugerait du mérite d'un autre est un sot, 

- essayer de ne pas être un sot, 

- travailler le raisonnement logique, 

- continuer à aider quiconque a du mal à déambuler,

- ne rien acheter par voie électronique,

- ne pas confondre le sujet avec son âge, quel que soit son âge,

- ne pas prendre les inégalités sociales comme un phénomène météorologique auquel on ne peut rien, 

- na pas adopter le discours des forts alors qu'on est faible, 

- essayer de ne pas être sot.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.