LETTRE A MME AUBRY...LE 29.12.98

extraits / DE COURRIER adressé le 29.12.98 à Mme AUBRY, ministre de l'emploi ...

 

Madame la ministre,

Mme le Sénateur Bergé Lavigne nous a transmis votre accusé de réception du 14.12.98, nous faisant part de toute l'attention que vous portiez à notre affaire.

Toutefois, c'est avec regret que nous vous informons que notre dossier est passé au Tribunal des référes le 25.11.98, suivi d'une ordonnance de jugement le 15.12.98; (déboutés) (...)

Certes, nous ne nourrissions pas de grandes illusions quant à l'aboutissement de nos démarches auprès des représentants de la classe politique, mais nous avions encore quelque espoir au vu de votre détermination à favoriser l'installation des 35H crétrices d'emploi...

(...)

Le personnel de la ....., pour lequel nous avions sollicité à plusieurs reprisevotre attention depuis bientôt 3 mois (sans réponse d'ailleurs de votre part) a donc vu son sort scellé, et nous sommes rentrés dans la dernière phase, celle des licenciements

Mais que sont pour vous quelques chômeurs supplémentaires dans la masse des 7 000 000 de sans emplois que votre gouvernement continue joyeusement à alimenter en cautionnant par son silence toutes les "pseudos restructurations" destinèes uniquement à dégraisser les entreprises.

Ne voulant pas vous faire perdre votre précieux temps (nous payons assezcher les émoluments de nos Ministres pour en connaître toute la valeur) nous tenions tout de même que pour nous il est tard... je dirai même trop tard pour que vous daigniez enfin vous pencher sur notre triste sort!

Attention, tout de même, peut un jour en sera t il de même pour le gouvernement de Monsieur JOSPIN... vous vous apercevrez tard, trop tard, que les français ne veulent plus de lui et de vous par la même occasion.

 

(...) Bien sûr aucune réponse... La suite on la connaît... Et on connaîtra la même dans 5 ans s'ils continuent!

Mais je suis vraiment heureuse que HOLLANDE ne l'ai pas prise comme premier ministre!!!!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.