Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poétesse
Abonné·e de Mediapart

346 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 janv. 2020

Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poétesse
Abonné·e de Mediapart

Coup de poing dans la figure des Français

Macron poursuit sa politique de provocation vis-à-vis des Français

Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poétesse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je lis dans le Parisien, ce matin :

Le 1 janvier 2020 à 21h43, modifié le 2 janvier 2020 à 00h53

En pleine mobilisation contre la réforme des retraites, cette nomination ne passe pas. Le patron de la branche française du géant américain de la finance BlackRock a été élevé au rang d'officier de la Légion d'honneur. Jean-François Cirelli figure en effet parmi les personnes de la promotion civile de la Légion d'honneur du Nouvel An cette année. Ce qui a eu le don d'agacer les opposants à la réforme des retraites, qui accusent la société BlackRock de vouloir l'influencer à son avantage.

L'annonce n'a pas manqué de faire réagir les syndicats, CGT en tête. « 1er Janvier 2020, Jean-François Cirelli, le patron français du plus grand fonds de pension du monde BlackRock France nommé, par EMMANUEL Macron, au grade d'officier de la Légion d'honneur… TOUT UN SYMBOLE ! », a réagi le syndicat sur Twitter, où la nouvelle était abondamment commentée.

Ce n'est ni un hasard, ni une maladresse mais une PROVOCATION. Macron se moque ouvertement des Français, y compris ceux qui l'ont élu par défaut (et dont je ne fais pas partie, le trouvant d'emblée parfaitement immoral dans sa vie privée, ce qui en dit déjà long sur le personnage; il n'y a pas d'un côté l'homme et de l'autre le politicien, c'est un tout). Alors que nous avons tous bien compris qu'il mène une politique de régression sociale TOTALE, voilà qu'un agent de l'étranger figure dans la liste des décorés de l'An neuf. Agent de l'étranger, je le répète : comment appeler autrement un pantouflard (français, paraît-il), représentant d'une société financière américaine prête à dévorer les maigres ressources des travailleurs dans le cas où à cause de cette réforme des retraites, ils se verraient contraints d'essayer de protéger leurs vieux jours en contractant une assurance privée et en prenant le risque, bien évidemment, de perdre toutes leurs économies en cas de crise boursière comme celle de 2008 ?

La France va-t-elle, petit à petit, se faire grignoter par l'économie des Etats-Unis dont le modèle, Trump y compris, a tant ébloui le provisoire locataire de l'Elysée ? L'anglais a déjà, malgré la Loi Toubon, envahi en force notre langue, réalisant après plus d'un siècle le voeu formé en 1873 par Ulysse Grant, président des Etats-Unis : "Comme le commerce, l'éducation et le transfert rapide de la pensée et de la matière par le télégraphe et la vapeur changent toute chose, je suis porté à croire que le Créateur s'occupe de faire du monde une nation unique, parlant une langue unique, une réalisation qui rendra désormais inutiles les armées de terre et de mer." A quelques contre-vérités près  - le "Créateur" ne s'occupe de rien du tout; si tant est qu'il existe, il se contente d'observer; et les armées, loin d'avoir disparu à travers le monde, sont dotées de financement toujours plus exorbitant (surtout aux Etats-Unis) quand partout le financement de l'éducation se réduit de plus en plus - Grant a vu juste, la langue unique dont il rêvait pour le monde entier (l'anglais des Etats-Unis, bien sûr) grignote bel et bien les langues de tous les peuples, de même que le néolibéralisme contamine et phagocyte toute pensée proprement politique, rouleau compresseur qui écrase les perdants du système (la majorité des êtres humains du monde) comme les chars de Tiananmen ont écrasé les étudiants contestataires de 1989.

L'histoire retiendra que le néolibéralisme, en France, a pris la figure d'un président sans expérience autre que celle de la finance pour qui le but de la vie est de faire de l'argent, de devenir milliardaire, au rebours de toute tradition philosophique, toute tradition humaniste, un président qui procède à la désintégration, à la pulvérisation de notre société, de notre histoire, de nos traditions, de notre peuple, de notre pays, contrairement à ce qu'il voudrait qu'on croie, un président robotisé, manipulé par plus riche que lui, un président sans foi ni loi, et surtout sans humanité.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28