Amnésie des politiques

Une épidémie se répand au sein du monde politique. C'est grave, docteur ?

Amnésie des politiques

Une étrange épidémie se répand dans la « classe politique » » : l’amnésie. Ainsi, après bien d’autres, Jean-Paul Delevoye vient-il de s’apercevoir (des journalistes l’y ont un peu aidé) qu’il avait oublié, dans sa déclaration d’intérêts de préciser qu’il était administrateur d’un institut de formation de la profession de l’assurance (IFPASS). Au dire de l’intéressé, il s’agit, tenez-vous bien, d’une « omission par oubli ». Voilà donc à qui le Président de la République française donne la responsabilité de gouverner nos vies : des gens tellement dévoués au bien-être du peuple qu’ils en oublient leurs propres intérêts au bénéfice du nôtre, ou plutôt qu’ils oublient de déclarer ces intérêts bien compris comme le leur enjoint la loi.

La réforme des retraites concoctée par ce monsieur a en effet, tout le monde l’a bien compris, pour but de contraindre les futurs retraités à contracter des assurances privées pour essayer d’améliorer l’ordinaire qu’il leur est réservé pour leurs vieux jours.

Décidément, la République irréprochable de M. Macron ressemble de plus en plus à une mafia, depuis le départ, avec tous les scandales qui en émaillent le déroulement (depuis la démission contrainte de François Bayrou éphémère Garde des Sceaux, en passant par les hauts faits du « Chargé de Mission » Alexandre Benalla, par ailleurs ami du célèbre Alexandre Djouhri, jusqu’à ce Haut-Commissaire aux retraites).

Mafia ? Mais le juge Scarpinato nous avait prévenus : « la porosité entre la classe politique et les mafias s’avère de plus en plus fréquente. L’économie criminelle est gouvernée par les mêmes dynamiques de compétition et de concurrence, qui gouvernent l’économie légale, et les perspectives pour le troisième millénaire laissent entrevoir la présentation des mafias comme modèle criminel gagnant » (Scarpinato et Lodato, 2012 Le retour du Prince, Pouvoir et criminalité, Editions La Contre Allée).

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.