A méditer plus que jamais, qu'il soit question du nucléaire, du Covid ou autre chose

Aussi, dis-toi, en te réveillant : « Nostra res agitur », « Cela nous concerne »

Aussi, dis-toi, en te réveillant : « Nostra res agitur », « Cela nous concerne ». Ce qui veut dire : 1) désormais, nous devons nous en préoccuper parce que cela peut se retourner contre nous ; et 2) le monopole de la compétence revendiqué par des individus est injustifié parce que nous tous, en tant qu’êtres humains, sommes également incompétents. Croire, au moment où la fin du monde est en jeu, que des compétences plus ou moins grandes pourraient encore exister ; croire que des hommes qui, en raison de la division du travail et du partage prétendu des responsabilités, sont devenus, par accident, politiciens ou militaires auraient, par cette qualification, affaire plus directement avec la production et l’exploitation de cette chose fatale – qu’ils seraient plus compétents que nous -, croire cela relève de la pure folie. Ceux qui essaient de nous en convaincre – de nous convaincre qu’eux-mêmes ou des tiers seraient soi-disant plus compétents – prouvent uniquement leur incompétence morale. Le point où cela devient vraiment insupportable, cependant, est atteint quand ceux qui se targuent d’être plus compétents (et qui ne peuvent voir les problèmes que sous un angle tactique) essaient de nous faire croire que nous n’avons ni le droit d’avoir peur, ni même celui d’avoir une conscience.

                           Günther Anders (Hiroshima est partout 2008)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.