Cons de confinés que nous sommes (presque) tous !

La loi n'est pas la même pour tous, la République vole en éclats et les citoyens honnêtes sont muselés, contrôlés, soumis par un pouvoir aux abois.

Cons de confinés que nous sommes (presque) tous !

Aujourd’hui, 21 novembre 2020, en plein confinement, l’attestation de sortie dérogatoire que nous devons tous présenter en cas de contrôle stipule clairement, en ce qui concerne les loisirs (cinquième case de la feuille) : « Déplacements brefs dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile, liés soit à l’activité physique individuelle des personnes à l’exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d’autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie ».

Donc, aujourd’hui, 21 novembre 2020, munie de mon attestation, à 13h30 précises, heure dûment notée sur le papier soigneusement rangé dans une petite pochette que je porte autour du cou sous mon écharpe, je quitte mon domicile (au fin fond de la campagne normande, à 400 m de toute habitation), pour aller marcher avec mon chien sur une petite route secondaire où il n’y a quasiment pas de passage, en règle générale, et encore moins en période de confinement.

Or, à l’embranchement de cette petite route, que vois-je ? Une pancarte « Chasse en cours, Ensemble, Soyons vigilants ». Bien sûr, si par inadvertance vous devenez la cible d’un chasseur maladroit qui vous prend pour un sanglier, et que vous vous retrouvez baignant dans votre sang sur le sol, c’est entièrement votre faute, vous n’aviez qu’à ne pas passer par là. La pancarte vous indiquait clairement que la route vous était interdite.

Et le confinement, alors ? Oui, revenons au confinement. Eh bien, à une centaine de mètres de la route, en haut de la colline, j’aperçois, avec leur gilet orange fluo, quatre chasseurs qui montent la garde le long d’un bois, et j’entends dans le bois des chasseurs qui braillent, un cor qui sonne, des chiens qui aboient. Mon chien saute dans tous les sens au bout de la laisse, il n’a pas l’habitude de tout ce remue-ménage, de tout ce tintamarre, autour de lui (surtout en période de confinement). Une voiture me dépasse, avec deux chasseurs en gilet orange fluo, sans masques. Elle s’arrête un peu plus loin, ils descendent, s’équipent de tout leur barda (on dirait deux Tartarins de Tarascon) et s’apprêtent à rejoindre leurs acolytes au bois. Une autre voiture me dépasse, avec deux autres chasseurs en gilet orange, masqués, ceux-là, puis une autre qui se rend plus loin que la première voiture, arrêtée. Je fais demi-tour, je suis, comme à chaque fois, déjà à deux km de la maison mais ces quatre km aller-retour ne me prennent que trois quarts d’heure, c’est déjà assez frustrant ! Alors 1 km, pensez !

Alors ce confinement ? C’est donc pour tous les Français, sauf les chasseurs ? Il me semblait avoir lu quelque chose là-dessus, il y a peu, mais cela m’étonnait. Et pourtant, ce n’était pas une « fake news », je le constate aujourd'hui, de mes propres yeux ! Evidemment, armés comme ils sont, ces Tartarins font peur au gouvernement et celui-ci leur donne tous les droits, comme aux forces de l’ordre. D’ailleurs, ils ont été appelés à la rescousse de celles-ci au moment du premier confinement, si je ne me trompe. Mais non, je ne me trompe pas, un article à ce sujet a été publié le 9 avril 2020 sur le site de Ouest-France. Je cite :

 " La préfecture de Seine-et-Marne a décidé jeudi 9 avril 2020 de ne plus reconduire un dispositif de surveillance des massifs forestiers du département, où chasseurs et gardes-chasses patrouillaient aux côtés des forces de l’ordre pour faire respecter le confinement.

Le dispositif, mis en œuvre par arrêtés pour chacun des trois week-ends depuis l’instauration du confinement le 17 mars, a été retiré et ne sera plus reconduit, a annoncé la préfecture, évoquant des bases juridiques fragiles.

Selon ces arrêtés, des chasseurs et gardes-chasses particuliers étaient réquisitionnés avec pour mission de prévenir et signaler aux représentants des forces de l’ordre toute infraction aux dispositions prises pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, telle que l’interdiction d’accéder aux espaces forestiers. »

Voilà où nous en sommes avec ce gouvernement qui nous conduit droit à la guerre civile. Deux poids deux mesures : une pour les sympathisants, l’autre pour les cons de Français qui n’ont rien à se reprocher et auxquels on enlève les droits les plus élémentaires. Il est vrai que, contrairement à la lecture et au travail des libraires, la chasse est une activité essentielle pour l’écologie et l’économie. CQFD.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.