Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poétesse
Abonné·e de Mediapart

389 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 janv. 2023

Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poétesse
Abonné·e de Mediapart

Nos rendez-vous du soir

Nous avions vingt ans. Nos rendez-vous, chaque soir, illuminaient mes journées entières loin de Toi. Ils étaient la seule joie, le seul but vers quoi tendait mon âme solitaire. Ils l’étaient restés après plus de quarante ans quand éclata l’orage d’une colère que je ne compris pas

Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poétesse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Finalement, finalement, Il nous fallut bien du talent Pour être vieux sans être adultes Mais mon amour Mon doux mon tendre mon merveilleux amour De l'aube claire jusqu'à la fin du jour Je t'aime encore tu sais je t'aime Et plus le temps nous fait cortège Et plus le temps nous fait tourment Mais n'est-ce pas le pire piège Que vivre en paix pour des amants     Jacques Brel

Nos rendez-vous du soir

Nous avions vingt ans. Nos rendez-vous, chaque soir, illuminaient mes journées entières loin de Toi. Ils étaient la seule joie, le seul but vers quoi tendait mon âme solitaire. Ils l’étaient restés après plus de quarante ans quand éclata l’orage d’une colère que je ne compris pas.

Et si j’en crois mes souvenirs, quand nous avions vingt ans, pour toi aussi alors ces rendez-vous étaient lumière. Tu m’attendais ici ou là, dans le froid, les mains dans les poches. Et quand tu n’étais pas encore là, je scrutais ta haute silhouette et ton pas souple au bout de la rue. Mon cœur battait à se rompre, bondissant de joie, dès que, pressé, tu apparaissais. Le même élan nous poussait l’un vers l’autre. Le même baiser naissait de l’étreinte tendre, de la crainte apaisée.

Je n’avais qu’une hâte : me blottir contre Toi, sentir la chaleur de ton corps près du mien, pouvoir te dire combien j’avais besoin de toi, combien tu étais l’Homme que depuis toujours j’espérais de toute mon âme. Tu savais si bien dire les mots qu’il fallait, tu savais si bien me prendre dans tes bras et me protéger des quotidiens tracas. Tu étais Poème, tu étais Espoir, tu étais Prince de ma destinée, tu étais l’Amour, mon seul amour depuis toujours. Une unique pensée guidait ma vie : te chérir jusqu’à la dernière frontière.

Nous vivions un rêve, j’étais ton Eve aux cheveux lisses, et dans la nuit noire, nous nous croyions seuls au monde au jardin des délices. Tu prononçais les plus beaux mots de notre langue, ils s’imprimaient dans ma mémoire et jusqu’à ce jour, ils y sont toujours gravés avec l’inoubliable son de ta voix. Les entendrai-je de nouveau un jour, ces mots de Toi, quand ton cœur aura retrouvé la paix et le chemin du bonheur que nous avons connu et qui t’attend encore? Me blottirai-je un jour encore contre la chaleur de ton corps ?

Par un hiver maudit, nous nous sommes déchirés, mais ce n’était pas nous, ce n’est pas Toi qui me répudias, qui déclaras la sentence de mon exil, c’étaient les démons du malheur qui parlaient à notre place. Il faut parfois traverser le feu de l’enfer pour arriver à l’ancien pays où nous étions âmes-sœurs, où n’ayant rien, nous avions tout.

Il nous faut conquérir l’oubli du désastre, conquérir le pardon,  reconquérir le passé, sous le regard des astres. Un tel amour ne peut mourir, il ne peut que dormir avant que de renaître plus tendre, comme l’oiseau Phénix relevé de ses cendres. Il sommeille seulement, n’est-ce pas ? Rien ne peut détruire un amour puissant comme une lame de fond venue de l’horizon du temps qu’aucun obstacle n’arrête. Un amour doux, un amour fou, un amour exceptionnel. Un amour que je n’ai jamais effacé un seul jour, mon seul phare dans l’océan noir de ton absence.

Nous n’aurons pas de nouvelle chance, le chemin qui reste sera maintenant bien court. Après tout ce temps, tu es toujours Poème, Espoir. Prince de mes dernières années, tu es encore l’Amour, mon seul amour et, malgré nos cheveux gris, te chérir reste mon unique pensée, celle qui m’a éclairée tout au long de nos années ensemble et que tu ne voulais plus voir parce qu’une autre t’avait ensorcelé et que tu étais son prisonnier.

Voilà que je me suis laissé emporter par mes songes. Peut-être que pour toi, le passé n’est plus que futile mensonge. Peut-être préfères-tu tout renier et me priver à jamais de mon plus cher trésor pour en faire don à celle qui t’est un jour apparue comme l’aurore d’un nouveau matin et te sculpte maintenant sous la caresse de ses mains. Peut-être finirai-je mes jours dans le deuil et le chagrin. Peut-être mon amour n’est-il que hochet dans ta main. Peut-être était-ce là mon destin.

  24 janvier 2023     Aimée Saint-Laurent © Chants des noces

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André