...et si la poésie

à la recherche d'un refuge, des femmes, des hommes –elle, lui ...nous

Regarde-les donc bien, ces apatrides,
toi qui as la chance de savoir où sont ta maison et ton pays,
toi qui à ton retour de voyage trouves ta chambre et ton lit prêts,
qui as autour de toi les livres que tu aimes et les ustensiles auxquels tu es habitué.

Regarde-les bien, ces déracinés,
toi qui as la chance de savoir de quoi tu vis et pour qui,
afin de comprendre avec humilité à quel point le hasard t'a favorisé par rapport aux autres.

Stefan Zweig (1881-1942)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.