L'Ademe et le photovoltaïque : faute avouée, à moitié pardonnée.

La toute récente mise à jour par l'Ademe de son document de synthèse sur le photovoltaïque sonne comme un aveu : le coût de la production photovoltaïque tel qu'estimé dans son scénario 100 % renouvelable d'octobre 2015 était très largement surestimé.

Comme cela vous était expliqué dans un précédent article, les hypothèses retenues par l'Ademe et le bureau d'étude Artelys dans leur publication "Mix électrique 100 % renouvelable" étaientfavorables aux scénarios les plus intensifs en renouvelables. En particulier, en retenant un coût de production de 60 €/MWh (soit 6 c€/kWh) pour les centrales photovoltaïque au sol à l'horizon 2050, l'Ademe et Artelys faisaient preuve d'un pessimisme parfaitement déraisonnable.

C'est alors que nous arrive le nouvel "Avis de l'Ademe" consacré au photovoltaïque. On y trouve, oh surprise, une réfutation en bonne et due forme de cette hypothèse de 6 c€/kWh. Ainsi, selon l'Ademe 2016, "les coûts d’investissement pour une centrale au sol ont été divisés par 6 entre 2007 et 2014", et "en France, les coûts de production devraient [...] atteindre [...] moins de 5 c€/kWh en 2025 pour une centrale au sol installée en région PACA". 5 c€/kWh en 2025, donc. En supposant que la baisse des coûts n'a pas de raison de s'arrêter subitement d'ici une dizaine d'années, à combien peut-on raisonnablement estimer le coût moyen de la production photovoltaïque au sol à l'horizon 2050 ? Certainement pas 6 c€/kWh comme le concevait l'Ademe 2015.

Oserait-on suggérer à l'Ademe de ne pas s'arrêter en si bon chemin ? Car peut-être les hypothèses relatives aux coûts de l'éolien et à ceux du nucléaire mériteraient-elles elles-aussi un bon dépoussiérage.

Finissons sur un second motif de satisfaction : en lisant entre les lignes de ce nouvel "Avis", on parvient (presque) à se convaincre que l'acuité de l'Ademe est en net progrès sur deux sujets de première importance pour la réduction des coûts du photovoltaïque en France : les critères d'intégration au bâti existant (trop exigeants), et la gestion de la puissance réactive par ERDF (obsolète). Reste que sur aucun de ces sujets l'Ademe n'a été jusqu'à émettre des recommandations explicites. Se réserve-t-elle quelques cartouches pour sa prochaine publication ?

[Edit: L'Ademe a publié en juin une foire-aux-questions destinée principalement à répondre à certaines critiques "anti-ENR" ayant visé le scénario 100 % renouvelable lors de sa publication. Cette foire-aux-questions mentionne notamment que, s'agissant des coûts du photovoltaïque, "certaines études allemandes récentes (Fraunhofer IWES) descendent plus bas, à 20-40€/MWh [à l'horizon 2050]". Il s'agissait d'une réponse à certains défenseurs acharnés du nucléaire qui avaient trouvé le moyen d'affirmer que l'hypothèse de 60 € / MWh en 2050 était irréalistement optimiste ...]

 

Retrouvez cet article sur https://energyinsiderblog.wordpress.com

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.