Quand les forumeurs masqués partent en croisade

Qu’est-ce qu’un forumeur masqué ? C’est une personne humaine de sexe masculin ou féminin qui participe à un forum. Pour ce faire, il masque sa véritable identité en adoptant un pseudo, voire plusieurs pseudos ce qui permet d’augmenter considérablement la variété des « posts », soit des réponses qu’il va poster sur un sujet donné.

 

Où rencontrer cette curieuse espèce ? ¨Partout. Sur tous les sujets. Politique, religion, culture, etc…

 

En quoi consiste le jeu ? Il y a plusieurs variantes. Le jeu basique d’échanges concerne très souvent la critique d’un article journalistique sur le net. C’est le terrain de prédilection de tous les frustrés de l’écriture qui trouvent enfin matière à prendre leur revanche et à se voir publiés. Gratuitement.

 

Tous les coups sont permis. Aucunes règles précises. Si le journaliste n’a pas écrit dans le sens de la pensée du forumeur, il va se faire descendre à bout portant. Les mêmes phrases reviennent inlassablement : « Vous ne méritez pas d’être journaliste », « Ce n’est pas possible que vous ayez une carte de presse », « Vous vous croyez supérieur aux autres », et autres charmants compliments écrits noir sur blanc. Mais c’est si bon l’incognito. Alors pourquoi ne pas en profiter ? Et s’éclater un peu, histoire d’oublier qu’il faut mettre les patins en rentrant chez soi, car madame est un dragon en jupons.

Ah ! Le bonheur de faire payer aux autres en les insultant ses propres petits malheurs que l’on subit en silence.

 

J’ai été témoin, bien involontairement, de l’une de leurs mises à mort. Elle concernait une bonne plume d’un news magazine qui avait écrit un article intelligent sur une chanteuse de variétés. Ce fut une véritable curée. Je me suis d’ailleurs promis de le contacter pour savoir s’il était sous anti-dépresseurs après tant d’attaques. Ce qui était le plus amusant, c’était de constater que la plupart des combattants n’avaient pas même lu l’article. Ou ne l’avaient pas vraiment compris.

Sur la masse des messagers vengeurs, nous avons du être trois à prendre la défense du plumitif inculpé. C’est alors que l’ire vengeresse s’est retournée contre nous. Et que nous avons été roués d’injures. Ce qui fait parfois plus mal que d’être roués de coups. Mais oui, il y a des mots qui tuent plus sûrement que des armes.

Nous avions toute la gamme humaine : le pédant, le suffisant, le frimeur, le frustré, l’égaré, le violent, le rancunier, etc… Et j’insiste, le sujet du délire n’en valait certes pas la chandelle, car il était fort insignifiant.

Un homme qui a eu le courage d’écrire, sous son vrai nom, une fort belle argumentation, a été traité de fou et de demeuré par un collectif de vrais cinglés.

La guerre intestine a fini par se dérouler entre les forumeurs. Et certains sont restés sur le pavé. Se demandant encore dans quelle galère ils étaient venus ramer.

 

Ne surtout pas penser que le niveau du sujet, pas très élevé, certes, mais traité par un homme cultivé, a quelque chose à voir avec ce style de dérèglement comportemental.

 

Les forumeurs masqués sont partout. Sur les forums dits catholiques, ils fustigent la religion, le Pape, les prêtres, les moines, les fidèles paroissiens. Et agonisent d’injures ceux ou celles qui ne pratiquent pas comme eux ou ne partagent pas leurs sacro-saints points de vue. Cela s’appelle de la largesse d’esprit. Et dans le cas pré-cité l’incontournable amour du prochain.

 

Soyons positifs. La seule chance de trouver la paix, c’est effectivement d’une part d’éviter ce genre de lieux, mais aussi d’autre part de savoir que les forumeurs masqués sont des oiseaux migrateurs. Légers. Suivant le sens de vent et l’appel de la mode. Que d’ici quelques mois ils abandonneront, voire brûleront ce qu’ils ont adoré. Et essaimeront vers de nouveaux horizons où ils pourront déverser sans honte aucune la triste haine qui les habite.

Un seul conseil : lisez-les, puis surtout, surtout ne leur répondez jamais. Il risquerait de vous en cuire. D’attraper quelques retoudables brûlures. Pour quelques mots jetés à tort en pâture. Ce serait bien dommage d'être une victime collatérale.

Liliane Langellier

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.