Lettre ouverte à Monsieur Jean-Marie Digout, président de France Justice

Siflle, siffle,  beau merle !

BEAU_MERLE.gif

Comme je comprends votre colère... On vous avait tout caché... A commencer par le billet de Christophe Conte du 26 janvier 2009... On vous a aussi caché, semble-t-il celui de Roland Agret du 15 avril 2012... Et puis cette panne de Google qui tombe à un bien mauvais moment, car si vous y aviez écrit "Denis Seznec FN" vous auriez pu lire des articles intéressants sous des plumes multiples et variées.

Comme je comprends votre colère... Et aussi le temps qui vous a été nécessaire pour répondre hier à mon billet du 12 décembre dernier. Un billet sur Mediapart. Il faut que je vous explique. Mediapart est un journal en ligne, certes, mais il héberge aussi des blogs. J'ai décidé d'y ouvrir un blog le jour où un homme politique les a accusés du pire. Que voulez-vous, je suis comme ça, c'est dans ma nature. Mon blog s'appelle d'ailleurs "Impaire-Tinence". Ce qui peut énerver, je suis d'accord.

Comme je comprends votre colère... Et aussi votre remarque sur le "Je" que j'ai utilisé dans mes écrits. C'est vrai que c'est contraire à toutes les règles journalistiques où les "je" et les "nous" sont bannis d'office dans les articles. Mais, là, rappelez-vous, ce n'est qu'un blog, les débats intérieurs sont autorisés par le règlement. Oui, c'est agaçant, je vous l'accorde.

Comme je comprends votre colère... Je n'ai pas reproduit dans son intégralité la circulaire 33 des adieux aux armes. Mais il vous suffisait pourtant de cliquer sur un petit lien pour retrouver son texte... intégral ! Et puis, avouons-le, c'est énervant, à la fin, ces gens qui osent publier de-ci de-là le texte d'une circulaire alors que "La Pravda" ne l'a pas encore mis en ligne. Soyez rassuré, les membres de votre parti ne lisent que ce qu'écrit votre parti. Et c'est beaucoup mieux ainsi.

Comme je comprends votre colère... Bien que mon véritable nom figure en bas de tous les articles de mon blog, j'ai osé prendre un pseudo. Et "Nightingale" encore ! Là, je vous dois quelques explications. Ce n'est pas au rossignol que j'avais pensé Mais à Florence Nightingale. Dont j'admire l'oeuvre et la vie. Rassurez-vous, vous n'êtes pas le seul à ne pas la connaître.

Comme je comprends votre colère... C'est vrai, c'est lourd à manager France Justice. Il faut être partout à la fois. Et reprendre un tel poste montre un vrai courage. Car, les bénévoles, ça ne se dirige pas comme ça. Et voilà que vous pensez que j'attaque la divine institution. Mais que nenni ! J'en ai fait moi-même partie de la date de sa création jusqu'à début 2007. Il m'a fallu partir car mes valises, suite à un forum mouvementé, devenaient trop lourdes à porter. Ah ! Le mal de dos, un mal de notre époque.

Comme je comprends votre colère... Vous nommez un président d'honneur et il vous cache son véritable nom. Le Her vaut Seznec. Car un nom en vaut un autre, vous le soulignez vous-même. C'est vrai, moi je signe mes articles sous mon nom d'épouse. Mais c'est mon nom. Vous savez, celui qui figure sur mes feuilles d'impôts, par exemple. Ou sur mes factures d'eau. Je ne porte pas le nom de ma mère, car mon père se serait retourné dans sa tombe en voyant que je renonce au sien.

Comme je comprends votre colère... Mais ce sont vos débuts. Vous aurez d'autres chats à fouetter dans les mois qui viennent. Et votre petit billet écrit sous adrénaline vous paraîtra alors bien désuet. Vous me dites que Madame Simone Veil... Voilà une femme que j'admire. Mais tout cela est une histoire de femmes. Et puis, avec les négationnistes du FN, on arrive à s'embrouiller dans ce qu'on nous raconte de cette période trouble. Heureusement que je l'ai beaucoup étudiée, cette période. Si vous souhaitez quelques titres de livres sur les camps nazis, n'hésitez surtout pas à me demander. J'ai ce qu'il faut en stock.

Comme je comprends votre colère... Mais, elle n'a pas déclenché la mienne. Je sais hiérarchiser les évènements. Et justement hier, côté évènements, nous n'en étions pas privés sur la scène internationale. Oui, je sais, avec votre lourde tâche à France Justice, vous ne pouvez pas être au four et au moulin. Et puis 100 morts, après tout, s'il fallait s'arrêter à toutes les images que les télés nous renvoient... Moi, je les suis, ces insurgés. Parce que j'ai gardé intacte au coeur la révolte de mes 18 ans. Et que je les comprends.

Comme je comprends votre colère... Mais je ne comprends pas très bien ce que Manuel Valls vient faire dans votre missive ? J'en étais restée à "Zorro". Ah ! On vous l'a cachée aussi celle-là ? Vous savez ces mails nauséabonds d'islamophobie qui ont emprunté (volé ?) le fichier de votre association. Et que de nombreux membres ont reçu. Maintenant que vous êtes là, je suis rassurée, ce genre d'erreurs ne se reproduira plus. Je vous le dis, une fois encore, vous avez du pain sur la planche... Alors...

Bon courage !

Liliane Langellier

P.S. En réponse à "Quand MEDIAPART fait la promotion des rossignols"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.