Signer la pétition en faveur d'Adlène HICHEUR ?

Adléne Hicheur : article du NY Times. Uniquement pour information.

Un Français de 35 ans, physicien spécialiste des particules, vient d'être condamné à 5 ans de prison, 4 de prison ferme, pour être reconnu coupable « d'association criminelle avec intention de préparer des actes terroristes ».

Les faits retenus : échange de correspondance par mails avec un membre présumé d'Al Qaeda qui selon la loi est un acte criminel.

Le scientiste reconnaît les échanges dans lesquels il suggérait des cibles pour des attaques terroristes en France. Cependant il soutient qu'il n'avait aucune intention de passer à l'acte.

Le procès a soulevé les questions difficiles sur les possibles abus de la loi antiterroriste en France qui en effet traite l'intention présumée en tant qu'acte criminel.

Le Dr Hicheur est emprisonné depuis son arrestation, il y a 2 ans ½ qui seront décomptés de la sentence. Il peut faire appel du verdict.

La DCRI en France peut intervenir même si des complots terroristes restent en gestation de préparation.

Les supporteurs du Dr Hicheur soutiennent au contraire que la justice ne respecte pas les droits civils fondamentaux, et que ce qui touche à l'intention pure ne devrait pas entraîner de procédures judiciaires car elles ne peuvent pas prendre en compte l'analyse des divagations du psyché humain. Ils s'appuient sur le fait que l'intéressé ne soit jamais passé à l'acte, n'a jamais acheté d'armes et n'a pas offert d'assistance directe.

C'est un véritable scandale judiciaire a dit son avocat. Il ajoute : Depuis 30 ans, des centaines de personnes ont été condamnées et emprisonnées sur l'accusation « d'association criminelle ». Dr Hicheur est le premier à être condamné sur la seule base d'échanges internet.

Dr Hicheur est né en Algérie et est un musulman pratiquant bien intégré dans la société française. Cependant, il était très « en colère » par les guerres en Irak et Afghanistan ainsi que par le conflit Israélo-Palestinien. Il travaillait dans la recherche pour le Laboratoire d’Énergie Physique à l’école Polytechnique Fédérale de Lausanne et ses collègues l'estimaient hautement qualifiés.

En 2009, le Dr Hicheur a échangé environ 30 messages, dont certains codés, avec Mustapha Debchi de Al Quaeda Algérie d'après la DCRI, sous pseudo pour chacun d'eux. Dans l'un de ses messages, son correspondant lui a demandé en Juin 2009 « Es-tu disposé à travailler avec un groupe opératif en France ? ». La réponse du Dr Hicheur : « oui, bien sûr ! ». Cependant, il ne s'est jamais engagé dans quoi que ce soit selon son avocat. Durant le procès, le Dr Hicheur a reconnu que sa réponse pouvait être troublante et pouvait inquiéter mais qu'il s'agissait uniquement d'une curiosité intellectuelle.

 

D'après la DGSE et la DCRI, le scientifique aurait planifié une attaque contre un bataillon français d'infanterie déployé en Afghanistan. Cette assertion a été niée par les supporteurs de Dr Hicher y compris son ancien conseiller de thèse et ont dénoncé l'absurdité de l'accusation.

Le ministre de la Justice soutient que la législation antiterroristes française balance au mieux les garanties d'un État de droit en ce qui concerne la justice et les impératifs de protection des citoyens.

Le niveau des preuves acceptables est plus bas en France qu 'aux États Unis. Les écoutes et surveillances sont plus faciles et autorisées par les autorités, ainsi que la facilité d'accepter des accusations qui seraient impossibles ailleurs. « Ce système peut entraîner des abus ».

Ce n'est pas non plus un système sans faille. En Mars, quelques jours avant le procès de Adlène Hicheur, un commando de police a abattu Mohammed Merah, 23 ans, se proclamant jihadiste et qui avait tué 7 personnes ce mois là.

Comme le Dr Hicheur, Mohammed Merah étaient sous surveillance de la DCRI.

http://www.nytimes.com/2012/05/05/science/cern-scientist-adlene-hicheur-sentenced-to-4-years-in-french-terrorism-case.html?pagewanted=1&_r=4

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.