Qu'est ce que le Mujao ?

Le Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) – on entend parler de cette organisation pour la première fois le 23 octobre 2011, lorsque survient le rapt de trois Occidentaux (deux Espagnols et une Italienne) d’un camp administré par le Polisario dans la région de Tindouf [dans le sud-ouest du Sahara algérien – se déclare responsable, le 5 avril 2012, de l’enlèvement de diplomates algériens à Gao. 

Les recoupements effectués à partir du peu d’informations disponibles sur ce groupe permettent de supposer qu’il est dirigé par un certain Hamada Ould Mohamed Kheirou, ressortissant mauritanien répondant également au sobriquet d’Abu-Qumqum, évadé de prison en 2006 et objet d’un mandat d’arrêt international délivré le 28 décembre 2011 par les autorités de son pays. Le "mouvement" semble s’être créé à la faveur du conflit libyen et dans la foulée du retour de milliers de miliciens sahéliens pro-Kadhafi, fuyant Tripoli sans bagages mais avec beaucoup d’armes.

Le Mujao se présente comme un dissident d'Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi *), d’obédience salafiste et d’influence wahhabite. Son agenda politique a pour but d'"exporter de la guerre sainte" du Sahel à l’Afrique de l’Ouest.

 

"Nous nous sentons abandonnés par Bamako"

D’autres personnes interrogées pensent déjà à l’après-libération. Elles estiment que la cohabitation sera désormais très difficile. ”Des gens ont trahi leurs frères pour de petits intérêts. D’autres ont dénoncé leurs voisins ou leurs parents pour régler de vieux de comptes. On ne peut jamais oublier ces choses-là. Mais encore une fois, nous nous sentons abandonnés par Bamako”, indique un autre jeune relayant un sentiment partagé par une grande partie de la population.

Carte du Mali : situation de GaoDe fait, beaucoup de jeunes, par dépit ou par opportunisme, rejoignent les rangs des islamistes. ”Le Mujao enregistre des adhésions massives tous les jours dans les villes qu’il contrôle. Du jour au lendemain, vous pouvez vous retrouver nez à nez avec votre fils ou celui de votre voisin du quartier en tenue kaki avec une kalachnikov en bandoulière. Pour ces recrues, c’est un moyen de subvenir à leurs besoins mais ils ne se rendent pas compte du prix de cette adhésion”, explique un homme d’âge mûr.

(*Aqmi : Al-Qaida au Maghreb islamique)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.