Chronique syrienne n°3: Popov, Polounine, Poutine, présentent....

Aujourd’hui mon jardin est plein d’enfants syriens qui grimpent dans les arbres, sautent dans les tas de sable et jouent en hurlant de joie. Je peux vous dire qu’on voit pas ça souvent en Beauce. A tel point que les enfants des voisins sont venus jouer eux aussi.
Yara, qui me connait bien (voir la cruciale affaire du Doudou, et « au Lidl de Dreux »), très investie de son rôle d’intermédiaire entre eux et moi, vient m’expliquer patiemment que tout ça c’est très bien mais qu’en tant qu’hôte ce serait super que je trouve des jouets…
Drame … je leur propose des marqueurs de chantier pour dessiner sur les murs, j’ouvre mes malles pour sortir une vieille corne trouée de Norvège, des moulages de sceaux cylindre babyloniens, une médaille des Nations Unies, une vieille casquette d’officier de l’armée rouge aux couleurs criardes et bardée d’étoiles, une longue vue et une pelle pliable de la même provenance.

Très fier de mes trouvailles, je les étale par terre. Quelques enfants se rassemblent. J’en profite subtilement pour leur proposer de faire un peu de français, puis au vu des réactions peu enthousiastes je pousse les sceaux cylindres vers eux en leur proposant d’apprendre un peu l’histoire du proche orient.. les réactions ne sont toujours pas emballées…

Ils isolent la casquette aux couleurs criardes, la longue vue télescopique et le pelle pliable qu’ils emportent. Après avoir expérimenté longuement les usages potentiels de ces objets, Yara revient avec Sayhid un garçon à peu près du même âge, sa girafe dans les bras sur laquelle était épinglée ma médaille des nations unies aux couleurs syriennes (probablement pour son rôle héroïque de ces derniers mois oubliée, seule à Homs). Ils déposent les différents objets et me demandent d’où ils viennent. Je leur réponds que ce sont des objets russes.

Il me regardent circonspects, puis Sayhid me dit: « Tu sais Nils, les Russes, ils n’auront aucun succès chez nous, nous ici on trouve ça drôle un chapeau de clown, une pelle qui ne creuse pas et une jambe de pirate pliable, mais là bas les gens ne rient plus beaucoup. »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.