Nils Wuidar
Archéologue orientaliste
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 sept. 2015

Un matin de 14 juillet avec des vétérans de l'armée française

Nils Wuidar
Archéologue orientaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Petite anecdote glanée un matin de 14 juillet à l’Hôpital Militaire du Val à Paris.

Quelques vétérans se rassemblaient alors pour supporter ensemble la honte et la tristesse que leur inflige la démonstration de force virile du 14 juillet à Paris si éloignée des réalités de terrain, dénuées de gloire, de faste et de sens. 

J’y étais invité par quelques-uns d’entre eux, dont j'avais fais la connaissance après une hospitalisation pour traumatisme de guerre, après une mission humanitaire en Syrie en aout dernier.

Un jeune officier de 25 ans, présent à l’hôpital ce matin là pour une jambe cassée, s’est invité avec sa famille pour faire un discours aux vétérans, exhalant des valeurs d’abnégation, de sacrifice et de nation immortelle.
Les hommes et les femmes présent ont écoutés poliment. Se prenant probablement pour le Président de la République il a terminé par : « Vive la République, Vive la France ».
Il s’est courageusement levé malgré sa jambe cassé pour saluer … on ne sait pas bien quoi.. probablement ce qu’il venait de dire… 
Objectivement personne ne le suivant dans son salut… Il a eu l’air un peu con…

D’autant plus qu’immédiatement après les premières mesures du « dormeur du Val », poème de Rimbaud, symbole de l’hôpital, qui précède « Le déserteur » de Boris Vian, chanté par je ne sais pas qui, ont retentis. La salle c’est levée comme un seul homme, les gens posaient une main sur leur coeur en écoutant la chanson, se prenaient dans les bras et se souriaient…

Pressé par des gens autour de moi qui me serraient la main et me prenaient dans leurs bras je n’ai plus vu l’officier.. Mais à la fin de la chanson, tout le monde à entendu une voix d’enfant qui disait très fort : « Papa !! comment on fait pour être un déserteur ? » 
C’était le minuscule petit garçon de l’officier qui parlait à peine…
Honteux, le père lui dit : « Et bien il faut être dans l’armée .. et puis il faut être un lâche … » Prenant les autres à témoin dans ses attitudes, du courage dont il fera surement preuve quand il partira en OPEX…
Comme il tournait le dos à son garçon, le petit l’a tiré par la veste en lui disant: « C’est quoi un lâche ? moi je veux être un déserteur ! »

La mère s’est retournée furieuse prête à faire sortir son fils de la salle… 
Trop tard… un énorme soldat, couturé de cicatrices, l’a soulevé de terre pour le prendre dans ses bras et en décrochant une médaille de son uniforme l’a lui a épinglé sur son petit polo en lui disant : « Bravo mon garçon, j’aurai aimé avoir ton courage… »

Le petit a traversé la salle dans les bras du soldat acclamé par tous les gens qui se trouvaient là…
Inutile de dire que même après que le courageux papa ai récupéré son fils (quand le soldat le lui a rendu) et que toute la famille soit partie furieuse de la cérémonie le petit avait encore un sourire jusqu’aux oreilles et serrait fermement dans sa main sa médaille si méritée…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
par Bésot