Manifestation à Paris contre le racisme, la négrophobie et les violences policières

Ce Samedi 6 Juin, quelques milliers de personnes se sont réunies à 15h malgré l'interdiction pour protester contre le racisme de l'état français, la négrophobie et les violences policières. Organisé à la Concorde, devant l'ambassade des Etats-Unis, le rassemblement pacifique a aussi pour but d'apporter un soutien à la famille de Georges Floyd et à la révolte en cours aux Etats-Unis.

La mort de Georges Floyd, un jeune homme afro-américain tué suite à une arrestation, a provoqué un soulèvement mondial. Le site utilisé par la police des Etats-Unis a été piraté, tout comme la radio de policiers de Chicago, qui a diffusé Fuck Tha Police de N.W.A. Des mouvements se sont créés sur les réseaux sociaux, tel que le #blackouttuesday, la diffusion massive de vidéos de violences policières, la reprise sur TikTok de la chanson Fuck Tha Police ou encore de la musique This is Amercia de Childish Gambino. Des fans de k-pop ont fait court-circuiter l'application iwatchdallas qui sert à signaler les mauvais comportements des manifestants à Dallas, en l'inondant de vidéos de k-pop. Des pétitions ont été faites, ainsi que des dons. De nombreuses célébrités se sont mobilisées. Des enquêtes ont mis en lumière plusieurs affaires impliquant la police : ARTE Radio et Mediapart ont diffusés des messages à caractère hautement raciste et haineux d'un groupe WhatsApp de policiers, et un compte privé Facebook avec plus de 8000 membres des forces de l'ordre françaises qui s'échangeaient des messages racistes, sexistes et homophobes a été découvert et rendu public. Une enquête est en cours. Certaines villes des Etats-Unis ont investi pour soutenir la cause, comme Washington, qui a peint une immense inscription "Black Lives Matter" sur le sol de la rue menant à la Maison Blanche.  Enfin, des manifestations ont lieu dans des villes du monde entier et des membres des gouvernements envisagent une réforme de la police.

La brutalité et le racisme existent dans une partie de la police et de l'état qui la protège depuis des années et pour les français comme pour beaucoup d'autres populations, il n'est plus question de se taire. Malgré les consignes liées au coronavirus, trois rassemblements ont eu lieu à Paris en moins d'une semaine, dont deux le même jour. Contrairement au premier, il n'y a aucun débordement à signaler lors de celui auquel je me suis rendue samedi. Parmi les groupes présents, se trouvaient des ligues de défense des africains et des afro-américains, ainsi que la fondatrice de l'application Urgence Violences Policières qui s'est exprimée. On pouvait notamment entendre la foule scander "police assassin" "Georges Floyd" "no justice no peace" "Black Lives Matter" "A bas le capitalisme" "Justice pour Adama".

Voici un photo-reportage :


sam7027
img-4094
img-4096
img-4083
sam7029
sam7018
sam7006
sam7001

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.