Noëlle Combet
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 déc. 2013

A touch of sin de Jia zhang-Ke

Noëlle Combet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 En Chine, on appelle tufa shijian« incidents soudains » ces phénomènes sociaux où des individus poussés à bout basculent dans la violence extrême.Dans le film de Jia Zhang-Ke, interdit de projection publique en Chine, quatre séquences leur sont consacrées, se déroulant, chacune, dans quatre provinces différentes.

Dahai, ne supportant plus la corruption, dont il est témoin, battu par les mafieux qu’il accuse, s’embarque dans une équipée meurtrière des plus violentes, massacrant avec un fusil de chasse gros calibre, tous ceux qui se trouvent sur son passage, finissant par le meurtre d’un paysan qui fouettait son cheval. La violence extrême, sanglante, se sublime dans l’image du cheval libéré de l’homme. Il trottine allègrement en légèreté et majesté, tirant sa charrette sur le chemin.

San’er,  travailleur migrant, vivant loin de son foyer et de son fils, découvrant la possibilité que lui offre les armes, flingue et dépouille des passants au hasard.Insultée par des hommes qui veulent la violer Kiaoyou se métamorphose en guerrière faisant usage du kung-fu avec un couteau à fruits. La vue d’un paisible troupeau de bœufs arrêtera son élan meurtrierXia ohui se suicide par désespoir d’être privé d’avenir social, prisonnier d’un travail à la chaîne dans une progressive dégradation des conditions de travail.

Ces quatre séquences font référence à des faits réels sur lesquels Jia Zhang-Ke a longuement enquêté avant d’en réaliser de sublimes mises en scène qui alternent avec des moments et des plans contemplatifs.

La réalité la plus émouvante, parce que la plus « mondiale » est celle du jeune adolescent qui se défenestre, rappel de la vague de suicides qui a déferlé en 2007 dans la société taïwanaise Foxconn réalisant l’assemblage des produits Apple, Sony, Nokia. Pour éviter ces suicides, (oh ironie !), cette société a fait installer des filets de réception au-dessous de ses fenêtres. Drôle de remède !

La puissance de ce film est esthétique et éthique. Beauté bouleversante des images et des plans. On en est très bousculé et très troublé : au- delà de l’émotion, dans la perception de la beauté, il y a cette peinture de l’humanité car ces réalités vont bien au-delà de la Chine, qui n’en a pas le privilège et l’on assiste partout à une disparition progressive du facteur humain.Ce film  est un éloge du pouvoir de l’art quand la beauté se met au service des humiliés, des « invisibles » comme dirait Judith Butler. Dostoîevski écrivait : « La  beauté sauvera le monde », indiquant qu’une représentation sublime du mal ou du malheur est un engagement  avec lui contre lui.

Lorsque Kiaoyoou assiste à une scène de théâtre traditionnel chinois, scène qui fait écho à son propre destin, son visage semble s’offrir à une sorte de pluie purificatrice.

Comme dans les tragédies grecques, comme dans les opéras, la beauté réconcilie les aspects les plus disparates, les plus contradictoires, de nos vies, permet leur coexistence. Ici, elle est mise au service de la désespérance humaine  quand celle-ci culmine dans la violence. Secousse... Grand film...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes