Noëlle Combet
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 nov. 2013

Un geste affectueux peut-il effacer l'impact d'un boomerang raciste?

Noëlle Combet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a peu, le ministre de l’intérieur, peut-être emporté par sa fonction, et sa popularité, peut-être par excès de zèle, sans doute dans un calcul stratégique électoraliste, a désigné une catégorie de l’humanité comme  incapable de s’intégrer aux coutumes de la France et devant donc être reconduite à la frontière.

D’aucuns ont eu comme un sursaut de stupéfaction et de révolte et rappelé les articles de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1946 réaffirmés en 1948 : liberté de circuler et résider pour les hommes, principe encore élargi par la convention de Schengen en 1995. Le 5. 12. 2012, d’autre part, le conseil constitutionnel a publié une loi établissant que chaque commune a le devoir de prévoir un terrain aménagé pour recevoir les gens du voyage (qui  ne sont pas exclusivement des Roms mais dont ces derniers font partie) En 2004, la charte de l’environnement  assortit cette obligation de la nécessité de sauvegarde et de protection des droits humains.

Vœux pieux ? Nous sommes, de toute évidence loin du compte par rapport à ces principes...à tel point que la presse, sous plusieurs formes, questionnait, il y a peu : « La France est-elle en  train de devenir raciste ? » De quoi rire jaune. La France a la mémoire courte : elle a toujours été raciste, plus ou moins, et plutôt plus en période de guerre armée ou économique. Certains, pourtant, même parmi les plus en vue, prétendent qu’elle ne l’est pas. Aveuglement ? Dénégation ? Quoiqu’il en soit les propos du ministre de l’intérieur, dans la ligne de ses prédécesseurs, ouvre encore plus largement, comme si besoin en était, cette boîte de Pandore, réceptacle de bas instincts et l’affaire  concernant Christiane Taubira  en est une triste illustration, une sorte d’effet boomerang produit par de tels propos. On ne pouvait que ressentir une émotion mêlée de colère en entendant cette dernière énoncer sur un plateau télévisé, qu’ainsi, son appartenance à l’espèce humaine, lui était déniée, ce qui évoquait pour ceux qui ont encore des souvenirs, l’ouvrage de Robert Antelme « L’espèce humaine », écrit à son retour de la déportation.

 Quelques journaux s’émeuvent : on peut se demander si c’est toujours la peur d’être taxé de « politiquement correct » qui empêche la société civile française de voler au secours de la garde des Sceaux questionne « Libération ». Dans son entretien à ce journal celle-ci s’étonne  de ce qu’« il n’y a pas eu de belle et haute voix qui se soit levée » pour dénoncer les attaques racistes dont elle a été victime et surtout « pour alerter sur la dérive de la société française ».Peu de mouvements de soutien. Pourtant, un élan se dessine sur Internet : « Marchons, marchons le 3 décembre 2013, pour l’égalité et contre le racisme",  a proposé Edwy Plenel, directeur de la rédaction de Mediapart.  Libération  a inauguré une page Facebook, "Racisme, incitation à la haine : Assez" dans le but de recueillir écrits, témoignages et initiatives.  D’autre part, fin octobre, Steevy Gustave, adjoint au maire de Bretigny-sur-Orge (Essonne) a lancé une pétition intitulée "France, ressaisis-toi!",

 A l’Assemblée nationale une condamnation des injures adressées à madame Taubira s’est enfin exprimée. Se levant à l’issue de cette séance, la garde des sceaux est allée étreindre les épaules de monsieur Valls dans un geste affectueux, presque tendre et ce dernier, se levant, lui a répondu par une embrassade. C’était une belle image porteuse d’espoir mais on pouvait se questionner sur ce qu’elle masquait.  Peut-être Christiane Taubira a-t-elle eu un pur mouvement d’amitié dans le soulagement d’être enfin soutenue et ovationnée. Peut-être a-t-elle voulu absoudre ce ministre dont les déclarations concernant  les Roms légitiment des postures racistes, et font retour en un boomerang dont le sort de Christiane Taubira est l’illustration. A-t-elle voulu donner au ministre de l’Intérieur une sorte d’absolution et rassurer les téléspectateurs par cette scène médiatisée ? Qui saura ?  Les interprétations possibles sont multiples et ce qui se produit dans les coulisses du pouvoir reste, en définitive, masqué  malgré ou par la médiatisation. L’mage consensuelle peut donner à espérer, à rêver...Pourtant cet élan partagé reste, à plus d’un titre, troublant. Peut-on ne voir que le dépassement et la hauteur morale qu’il propose ? On voudrait bien, mais... la tendresse apparente peut-elle empêcher, défaire ou atténuer l’impact d’un boomerang qui continuera à faire effet, ici et là ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès