noemi lefebvre
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2019

Lubrizol - L’humeur des consommateurs...

Un gars arrive vers moi avec un micro TF1 baissé, moment repérage. Il a trente ans par là et il est cool, il me dit, je vois que vous vous cachez le nez, est-ce que vous êtes inquiète ? Il débute peut-être. Je réponds poliment que c’est peut-être pas trop la question...

noemi lefebvre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sur la place où a brûlé Jeanne d’Arc ça sent tant le pétrole que si je fumais encore j’hésiterais à sortir un briquet. Sur le marché j’achète un Neufchâtel en souvenir du temps où y en aura plus, j’ai le foulard sur le nez, ça commence à monter à la tête, y a pas foule mais il faut dire qu’il pleut et que ça pue vachement, je vise des patates.

Un gars arrive vers moi avec un micro TF1 baissé, moment repérage. Il a trente ans par là et il est cool, il me dit je vois que vous vous cachez le nez, est-ce que vous êtes inquiète ? Il débute peut-être. Je réponds poliment que c’est peut-être pas trop la question, il demande par exemple est-ce que vous regardez la provenance de ce que vous achetez, je lui demande pourquoi il me demande ça, il me dit on prépare un reportage pour le 13h sur l’inquiétude des gens à Rouen concernant la consommation des produits locaux, je lui réponds alors votre reportage il est déjà contenu dans le titre, il me dit non, on interroge toutes sortes de gens très différents, je lui dis o.k. mais ça va forcément rien donner à part ce que vous attendez c’est pas du journalisme.

Il reste calme, il a l’air d’être au courant que ça n’a rien à voir, je dis l’inquiétude c’est quand-même pas le sujet, il dit si parce que les commerçants ils observent une baisse de clientèle, je lui dis sans blague, je dis ouais mais c’est pas ça le sujet, à Rouen, l’inquiétude, je sais pas pourquoi je ne lui dis pas au-revoir tout de suite je lui dis les légumes ici ils arrivent de Rungis, est-ce qu’il a été voir aux fromages, il dit qu’il y a été, justement déjà, et il a l’air de reprendre confiance dans son sujet avec la question du fromage, à cause des producteurs locaux, en effet, en effet, mais ici les vendeurs ne sont pas producteurs, ce sont des vendeurs de tout et ils ont aussi du comté, du gruyère, de la tome de Savoie et du Saint Nectaire etc etc.

Mais ça je ne le dis pas je lui dis si vous voulez savoir ce qui se passe avec les produits locaux allez voir les marchés de village sur le plateau, et pas celui-là où presque tout vient de Rungis et où il n’y a pas de paysans, allez à Buchy par exemple, c’est le lundi matin, là il y a de l’enquête à faire à Buchy et c’est pas l’inquiétude, c’est la réalité. Il me demande si je voudrais bien aller parler devant la caméra, je lui dis non merci, ça doit être aussi bien pour lui, ils auraient dû couper au montage, c’est évident que je ne suis pas d’humeur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain