noemi lefebvre
Abonné·e de Mediapart

141 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 nov. 2020

littérature comparée

noemi lefebvre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

littérature comparée © STUDIO DOITSU

- Quoi, qu'est-ce que c'est ? Oulà ! Qu'est-ce que c'est ? Qu'est-ce que vous voulez ?

- Bonjour

- Oui…

- Bonjour, Hubert Robert ?

- Oui

- C'est Françoise, c'est Françoise je viens pour l'entretien avec vous…

- Ah… ah oui excusez-moi j'avais oublié

- Comment allez-vous ?

- Ça va, ça va

****

- Bonjour Hubert Robert, nous sommes aujourd'hui chez vous, vous avez bien voulu nous ouvrir la porte pour parler de littérature, car vous êtes professeur de littérature comparée à l'université de Lyon 4 et aujourd'hui vous allez nous présenter un certain nombre de vos travaux, nous faire entrer dans la matière littéraire

- Oui je fait partie d'un labo de recherche qu'on a donc ouvert en 64, à l'époque on était cinq ou six, on est une quinzaine aujourd'hui, c'est un travail collectif, très convivial, ça fonctionne très très bien on est sur Lyon, donc, et on s'intéresse à la littérature, la littérature comparée, voilà…

- D'accord, vous voulez dire quoi par "littérature comparée" ?

- Bah on compare, on prend plusieurs livres et on les compare, les uns, les gros, les petits, voilà, et puis on travaille sur l'écriture, sur le sens des mots, voilà

- Parmi les livres qui sont actuellement sur votre table, y en aurait-il un que vous auriez envie de nous présenter plus particulièrement ?

- Tout à fait, il y a là le Roberto Bolaño qui est un livre de nouvelles, Appels téléphoniques, voilà, alors il y a un certain nombre de pages, je crois qu'il y a 259 pages, voilà, plus quelques unes après mais, voilà  et ce sont des nouvelles alors une aventure littéraire, c'est une aventure littéraire, toujours, et, ah, ça dépend, et si vous voulez je peux vous lire un passage ?

"B écrit un livre où il se moque, en les travestissant de diverses façons, de certains écrivains, quoiqu'il soit plus juste de dire de certains archétypes d'écrivains. Dans l'un des récits, il aborde le personnage de A, un  auteur de son âge, mais qui à la différence de lui est célèbre, a de l'argent, est lu, les ambitions les plus hautes (et dans cet ordre) auxquelles peut aspirer un homme de lettres."

Alors le Roberto Bolaño, c'est un très bon bouquin, que je conseille vraiment, Bolaño ça me fait penser à la Bolognaise, et si vous voulez on se fait une petite partie de pâtes ?

- Mais avec plaisir, allons-y !

- Eh ben voilà c'est parti… donc ça c'est cuit, on arrête

- Alors allons-y, égouttons ces pâtes, formidable…

- Voilà !

- Merci beaucoup

- Ah c'est délicieux !

- Oui c'est délicieux Hubert. Alors Hubert je vois que vous avez réchauffé un petit peu de soupe aussi…

- Ça fait du bien … On se fera un petit café après ? Ça vous dérange si je fume ?

- Oh non pas du tout, je vous en prie

- Merci…parce que bon… on travaille sur une théorie de l'élasticité de la littérature, donc je voudrais vous en parler… j'ai pris là trois livres pour vous en parler, pour cela j'ai élaboré une expérience, si l'on peut dire, une expérience de laboratoire ; Robert Musil, par exemple, est un livre qui a une élasticité, et donc voilà la démonstration, une élasticité quasi nulle, et il semblerait que ce soit lié au poids de l'œuvre, et donc vous pouvez remarquer qu'il y a peu de rebondissements dans un Robert Musil, très peu, alors que par exemple un Roberto Bolaño, si on le traduit comme ça en pesée, il est beaucoup plus rebondissant, et donc on remarque, le Roberto Bolaño rebondit. Voilà, le Flaubert, Dictionnaire des idées reçues, qui n'est pas un Robert, mais c'est un Flaubert c'est pas loin, et là vous pouvez remarquer qu'il y a une légèreté de la littérature, pleine de rebondissements, et donc l'hypothèse, l'hypothèse générale, c'est que : 

    Plus la littérature est lourde, moins elle rebondit, moins elle a d'élasticité.

- Ah d'accord

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
L’État a fait un cadeau insensé à Bolloré
L’État acquiert pour 31 millions d’euros les installations de l’oléoduc Donges-Metz qu’il devait récupérer gratuitement au terme de la concession octroyée au groupe Bolloré pendant vingt-sept ans. Pendant cette période, ce dernier s’est servi plus de 167 millions d’euros de dividendes.
par Laurent Mauduit
Journal — Gauche(s)
La gauche Taubira existe-t-elle ?
Encensée pour sa puissance d’incarnation par les uns, raillée pour son absence de projet par les autres, Christiane Taubira compte sur l’élan de la Primaire populaire, qui s’achève le 30 janvier. Mais sur le fond, il reste difficile de savoir à qui exactement parle cette candidature.
par Mathieu Dejean
Journal — Politique
Le député Peltier mobilise son équipe parlementaire pour le meeting d’Éric Zemmour
Visé par une enquête judiciaire pour son utilisation de fonds publics liés à ses mandats d’élu, Guillaume Peltier, porte-parole d’Éric Zemmour, continue à mélanger les genres : c’est l’une de ses assistantes parlementaires qui a cherché et visité la salle où le candidat d’extrême droite doit s’adresser vendredi au « monde rural ».
par Sarah Brethes
Journal — Extrême droite
Le Pen et la presse : les coulisses d’une opération de séduction
La candidate du RN, qui présentait mercredi ses vœux à la presse, a radicalement changé de stratégie vis-à-vis des journalistes. Après des années de rapports houleux, Marine Le Pen tente de normaliser les relations, avec d’indéniables succès au regard de sa banalisation dans certains médias.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre