bilan de compétences

veau
Je peux faire des pâtes aux champignons en coupant les champignons dans le sens de la longueur, très très fin.

Je sais très bien estimer des surfaces.

Je monte et je descends à pied ou en ascenceur en pensant en même temps.

Je peux distinguer une vache d’un cheval dans un enclos, les yeux fermés, à l’odeur.

Je tricote actuellement un pull, jaune avec des liserets dorés au bas des manches, j’ai cousu des boutons sur les épaules et j’ai refait plusieurs fois les emmanchures et j’ai une relation téléphonique avec la personne pour qui je fais cet ouvrage, ces conversations me passionnent.

Dernièrement, nous avons décidé d’un commun accord d’une broderie sur le ventre qui sera un bateau à voile, avec un foc.

J’ai des relations téléphoniques. Cette personne, à qui je dédie mon ouvrage, est extrêmement patiente.

Nous avons du bonheur devant nous.

Quand je pense au pull, je me sens extrêmement capable. J’ai de l’inspiration.

Dans l’ascenseur je pense au pull, dans l’escalier je pense à la personne.

Les dimensions de la personne sont une dimension de la personne.

Les dimensions sont dans le tricot. Aiguilles numéro 2, je m’étais trompée, j’ai tout défait pour suivre le modèle, du 2,5, afin que la personne entre dans la dimension.

La surface totale du bas jusqu’à l’emmanchure, je dirais, 45 cm et des brouettes.

J’estime cette personne d’après la surface et je pense qu’il y a quelque amour qui se profile.

Nous avons des points communs, le travail bien fait. L’amour de la personne.

J’ai une compétence d’amour par le tricot, qui invite à un avenir très heureux, dans une campagne.

En outre, la personne mange des lentilles. Ce que je n’aime pas, mais nous avons ensemble une passion commune : les odeurs des animaux et des champignons.

Je peux faire des pâtes aux champignons selon appétit, proportionnel à la dimension.

La personne ne cuisine pas d’animaux, elle préfère peindre. Elle peint surtout des têtes de veau. De tête.

C’est charmant.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.