noemi lefebvre
Abonné·e de Mediapart

150 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 août 2022

noemi lefebvre
Abonné·e de Mediapart

L'art de l'entretien

Avant les marchands d'esclaves, les DRH du XVIIe siècle, je le souligne souvent ça fait réfléchir, ils avaient un truc, c'était l'huile de coco. Ils enduisaient les esclaves avec de l'huile de coco, c'était pour valoriser la musculation. On vend mieux sa force de travail quand elle est agréable à regarder, les gens achètent ce qui est bien présenté, c'est du packaging tu me suis ?

noemi lefebvre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

- On se met là ? Tu veux boire quoi ?

- Un café

- Un café et un allongé. Avec des verres d'eau hein ! Alors t'as décroché l'entretien c'est quand jeudi ?

- Oui

- Jeudi, d'accord on n'a pas beaucoup de temps, on va y arriver mais y arriver c'est pas donné, va falloir travailler ta présentation, on est d'accord ça se travaille, même les ingénieurs et les diplômés, même eux ils doivent travailler

- Oui

- Nous avant on prenait des ingénieurs des pros tu vois, qui avaient déjà dirigé du monde, malgré ça on les entrainait à se présenter, on était étonnés du niveau, même les ingénieurs ils étaient faibles, un ingénieur aussi, il doit travailler à sa présentation, après ça se comprend on peut pas être fort en tout, faut apprendre, même les commerciaux, ils savent tout vendre mais pour se vendre soi-même là ça se travaille, commercial de soi-même si tu veux, tu sucres pas je peux prendre ton sucre ?

- Oui

- Avant les marchands d'esclaves, nos ancêtres si tu veux, les DRH du XVIIe siècle, je le souligne souvent ça fait réfléchir, ils avaient un truc, c'était l'huile de coco. Ils enduisaient les esclaves avec de l'huile de coco avant de les présenter sur le marché, c'était pour valoriser la musculation, on vend mieux sa force de travail quand elle est agréable à regarder, les gens achètent ce qui est bien présenté, c'est du packaging tu me suis ?

- Oui

- Bah toi c'est pareil, il faut que tu te passes de l'huile de coco. Marrant hein ? Il y avait les dents, aussi, les dents c'est comme pour les chevaux, les chevaux qui étaient les ancêtres des bagnoles, tu me suis, les belles bagnoles du XVIIe siècle, une façon facile de savoir l'état d'une bagnole c'est le kilométrage, les dents c'est le kilométrage, toi les dents ça va t'es jeune t'as quoi vingt-deux ans ?

- Oui

- C'est bien déjà t'as les dents mais t'as pas encore la puissance, c'est pour ça que tu m'as appelé, parce que tu m'admires à cause de ma puissance, c'est normal, évidemment ça fait envie tout ça, tout ce que j'ai, surtout ma bagnole, à ton âge forcément on rêve de ça, tu rêves de ça forcément. Ah c'est sûr c'est pas la 206 de ton père il l'a toujours sa 206 ?

- Oui

- C'est bien, c'est qu'il l'entretient, au moins. C'est pas pour critiquer mon frère, c'est compliqué pour lui, c'est les artistes

- Oui

- Je te dis ça, c'est pour te fourguer ma vision du monde. Désolé j'en ai pas d'autre, j'appelle ça être réaliste mais bon, c'est une idéologie, on est d'accord

- Oui

- Alors première chose il faut faire en sorte que ce que tu peux considérer comme un échec dans ta vie soit finalement un plus, oui, l'échec est quelque chose d'intéressant parce que l'échec est un challenge, tu me suis ?

- Oui

- L'échec est formateur mais attention, à condition de ne pas s'y arrêter, on peut se bloquer et après on peut toujours se plaindre, les gens qui se complaisent dans la plainte, ils ne vont rien réussir tu sais pourquoi ? Parce qu'ils aiment leur plainte, ça leur donne une raison de rester dans leur merde, ils s'en prennent à tout et à rien et ils restent dans leur merde, en réalité ils ont peur de réussir, parce que s'ils réussissent, ça veut dire qu'ils vont plus se reconnaitre dans la glace, c'est un problème qu'on rencontre dans les entretiens, la tendance à s'accrocher à l'échec à cause de la gueule qu'on a l'habitude de voir dans la glace, on a une gueule on ne veut pas en changer, c'est l'idée, alors que pour avancer il faut savoir changer de gueule, c'est une question d'image tu vois ?

- Oui

- Quand je parle de l'image il faut comprendre que c'est pas seulement une question de présentation mais d'observation en profondeur, d'accord ?

- Oui

- C'est pour dire que le physique et l'état d'esprit c'est deux choses qui sont liées, être soi-même avec une gueule de soi-même et tout un corps, c'est ça qu'il faut développer, c'est ça que j'ai fait, tu vois, mon physique va bien avec mon esprit, je suis en accord, là où j'en suis je suis à la fois dans ma tête et dans mon corps parce que je m'entretiens, c'est comme la piscine. J'ai une piscine, c'est pas le tout, il faut que je l'entretienne. Quand tu as une piscine qu'est-ce que tu fais ? Tu l'entretiens. L'entretien, tu vois le concept ?

- Oui

- Mais attention l'entretien c'est pas n'importe comment. il faut trouver un bon entraînement, c'est comme un sport, c'est des automatismes, il faut s'entraîner en gérant, ça veut dire en contrôlant, gérer c'est contrôler, première étape on maitrise la technique, la technique c'est le fond, deuxième étape on maitrise la forme et là on commence à gérer. On a toujours à s'améliorer dans la gestion de soi, ça peut décourager surtout si on est un peu réservé, t'es réservé, toi ?

- Oui

- C'est bien d'en être conscient, on a des limites parce que c'est normal mais la gestion faut pas pour autant que ça devienne un truc timide, on donne plus de crédit à des gens qui ont beaucoup d'assurance qu'à des gens timides, j'étais timide on dirait pas, c'était par excès de conscience de mes défauts mais j'ai appris qu'en se risquant on devient de plus en plus capable, moi j'étais d'une timidité maladive à la base, j'ai écouté les conseils, j'ai compris que j'étais pas moins valable, je ne suis pas meilleur, je ne suis pas moins bon, voilà c'est les techniques. Je vais dire une connerie, le monde appartient à ceux qui essayent. C'est une connerie hein !

- Oui

- Si t'essayes tu peux avoir des échecs, le premier rendez-vous ce sera moyen, le deuxième ce sera un peu mieux, le troisième ce sera encore mieux, tu vas trouver en posant des questions, ce que je dis à mes commerciaux, premièrement identifier le problème.

- Oui

- Ça c'est facile, le deuxième volet, c'est évaluer la valeur ajoutée d'une problématique avec les compétences, c'est là que ça te différencie, encore faut-il faire la démarche, le cran un peu au-dessus ça va coûter combien, pense à une chose, la relation c'est un moyen, attention à pas confondre les moyens et les finalités, on est efficace, on sait organiser son temps, ce ne sont que des moyens, la finalité c'est l'argent donc libérer du temps, montrer des capacités à t'organiser. J'en ai qui n'arrivent pas à l'objectif pour lesquels on les a embauchés parce qu'ils font des fiches techniques et des fiches produit alors qu'on leur demande de faire du chiffre d'affaires, ça c'est des messages clés, l'efficacité, l'efficience, alors soit tu as un talent exceptionnel et dès le premier rendez-vous c'est bon, soit tu y travailles, il faut bosser bosser bosser. T'as un entretien faut pas le louper, quand tu rentres dans une salle de sport tu rentres pas en disant j'y vais pour participer, il faut y aller en te disant je vais faire de mon mieux, je vais bosser, j'y vais, travail travail travail, c'est ça

- Oui

- Tu dis oui tu dis oui mais tu as des questions ?

- J'en aurais

- Vas-y alors

- Je sais pas. Peut-être sur le sens

- Sur le sens ?

- Oui

- Pour être vraiment honnête, je ne vais pas m'effondrer mais bon, disons que j'ai une angoisse, je ne suis pas con, je vois bien que ça tourne à la catastrophe, il n'y a plus d'eau depuis des mois, des incendies partout, les centrales nucléaires qui tombent en rade, les oiseaux qui meurent, les gens ne tolèrent même plus l'arrosage des terrains de golf alors forcément je m'inquiète pour tout ce que j'ai, je sais que cette accumulation n'a aucun sens mais je ne sais rien faire d'autre, tout ça est stupide et indécent, ma piscine par exemple. J'ai rêvé de cette piscine, je l'ai aimée follement et d'un amour jaloux, maintenant je l'entretiens, je vérifie le PH, je ramasse les feuilles, j'y nage mon crawl, j'y fais des longueurs. Je me suis aperçu qu'il est impossible de pleurer sous l'eau. Tu le savais ?

- Oui

- Et pour le reste, comme dit Kafka, Que dois-je faire, ou À quoi bon le faire ? ne sont pas des questions de ces régions.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
La Cnil saisie d’un recours collectif contre la « technopolice »
La Quadrature du Net a recueilli les mandats de 15 248 personnes pour déposer trois plaintes contre les principaux outils de surveillance policière déployés un peu partout en France. Elle demande notamment le démantèlement de la vidéosurveillance et l’interdiction de la reconnaissance faciale. 
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Santé
Soins non conventionnels : « Les patients ont une spiritualité, une part d’irrationnel »
Parmi les soins non conventionnels, au très large public, il y a de tout : certains ont trouvé une place auprès de la médecine traditionnelle, d’autres relèvent de la dérive sectaire. Le chercheur Bruno Falissard, qui a évalué certaines de ces pratiques, donne quelques clés pour s’y retrouver. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste