Petites vies

Sire, c'est ancor Antoine Brea,
 uns chevaliers preuz et hardiz qui de Crestiens de Troyes la bone semance en neuve langue sur son blog traduit et tout en même temps chez Louise Bottu espand un livre unique en plusieurs exemplaires.

Tandis que oisel an lor latin 
dolcemant chantent au matin
, y fet une istorie à sa manière libre et véritable de petites vies d’écrivains du vingtième siècle, sacrilégeant ainsi doublement les custumes.

Le poète épris d’oiseux amusements humilie l’home sous Dieu, fesant petites les vies de vaillans littérateurs tandis qu’elles doivent estre distes extraordinaires même quand ce ne sont que faits abhominables, ainsi du grand Guillaume Musso le conquérant des surfaces de vente ne dit mot ici, tandis que de Mark Levi annonce qu’il fut Agueev et point Nabokov  épris de cocaïne,

Ou tot le contreire, li chevaliers Brea torne de malvais vallez aux vies inexemplaires en saints homes d’écritures. Ainsi raconte les beates aventures de William S.Burroughs lequel fut, après helvétique tir sur teste de dame par dessous pome, puis absorbtions de yagé et moult altres substances introuvables au drugstore, nourri d’apomorphine.

De Bukowski redit les folies abreuvées d’ordinaire, de Tony Duvert conte luinz de l’esteile de mi nuit la piteuse solitude, écrit une petite vie de Louis-Ferdinand Céline et une de Knut Hamsun, marchant droit au nord vers le côté obscur de la race supérieure.

Nostre chevaliers encor s’en va livrer Bataille contre Breton, s’amuse avec Ramuz, joït avec Pierre Louÿs, multiplie les amis de Kafka par un seul.  

Quoi de plus estrange et bel que de mescler ensi le tens au temps ? 

Antoine Brea, Petites vies d'écrivains du XXe siècle, poèmes biographiques, Mugron, Louise Bottu, juillet 2013, 92 pages. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.