noemi lefebvre
Abonné·e de Mediapart

141 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 déc. 2017

la belle vie

noemi lefebvre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

la belle vie © STUDIO DOITSU

 - Qu’est ce que tu fais ?

- chut, je tourne…

- Tu tournes quoi ?

- Un film. C’est une scène tournée sur un plateau

- J’aime bien le jeu d’acteurs

- Oui c’est pour ça que je les ai choisis, parce que dans Playmobil y a play qui veut dire jouer, et mobil qui veut dire se déplacer, agir, donc dès le départ ils sont définis par cette qualité des acteurs, qui est de jouer et de se déplacer pour agir dans des scènes d’actions

- Ok mais là ils font quoi ?

- C’est une action qui fait rien, c’est très dur à faire, surtout pour des playmobils. Parce qu’ils sont tous conçus pour une société harmonieuse où tout le monde fait quelque chose C’est la fonction sociale de l’acteur dans le système

- Donc là on a une situation ?

- Oui. Dans cette harmonie sociale avec toutes les fonctions, quand tu fais rien c’est un problème politique, parce que comment tu vas expliquer aux autres qu’il faut qu’ils continuent leur fonction ?

- D’où la police

- Oui parce que dans cette société harmonieuse, la police a pour fonction de vérifier les fonctions et quand elle voit des playmo sans fonction, ça l’énerve

- Lui il est sans fonction on dirait

- Normalement les noirs sont des DJ dans la société Playmobil et lui non, il est sans fonction. Il n’a pas la gueule de l’acteur dans le système, donc il se fait vérifier ses papiers. Simple contrôle d’identité

- Ok mais pourquoi il y a des CRS?

- Ah ça c’est une nouvelle fonction dans la société harmonieuse. Si Playmobil crée une fonction évidemment il faut qu’elle serve à quelque chose. Le CRS est en fonction, il doit intervenir en fonction de sa fonction dans l’harmonie sociale

- Et il y a un chien

- Ouais

- Tu sais que j’ai un chien ?

- Ah bon ? depuis quand ?

- Depuis hier

- C’est quoi comme chien ?

- Je sais pas, c’est un chien

- Il est comment ?

- Il est beau

- OK mais c’est quel genre de chien ?

- C’est un chien de berger mais comme il n’a rien à garder il est sans fonction.

Avant il gardait ma mère. C’est le chien de ma mère. Elle est morte alors j’ai le chien.

- Merde alors ta mère est morte ?

- Ouais

- C’est terrible

- En même temps c’est la vie

- Ouais

- La vie ça tient à pas grand chose alors bon voilà au bout d’un moment tu peux mourir

- C’est moche quand-même

- Ouais c’est moche. J’aime pas la mort

- Moi non plus j’aime pas trop la mort

- La mort c’est pas une solution

- Non c’est vraiment pas une solution parce qu’après tu peux rien faire. Quand t’es mort, t’es mort

- Ouais

- T’as rien fait tu peux mourir et après t’es mort, tu peux rien faire

- Après ça dépend il y a mort et mort. C’est la manière

- Manière ou pas après personne peut plus rien faire

- Ma mère elle a eu une belle mort

- Mais elle peut plus rien faire

- Ouais mais au moins elle a eu une belle mort

. Et tu vas faire quoi avec ce chien ?

- Je vais le garder.

- Quand t’es mort voilà personne peut plus rien faire.

- Ouais mais bon elle a eu une belle mort. Et elle a eu aussi une belle vie. Quand t’as eu une belle vie parfois t’as aussi une belle mort.

- Souvent même

- Ça pose la question de la belle vie c’est quoi la belle vie…

- Une vie libre, j’imagine. Une vie sans fonction

- Ouais. Pas une vie d’acteur dans le système.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le « wokewashing », la nouvelle stratégie des majors pétrolières
La justice raciale, le féminisme et les droits LGBT+ sont de plus en plus mobilisés par les géants pétroliers pour convaincre des bienfaits de leurs activités fossiles. Une pratique récente baptisée « wokewashing » et qui n’a qu’un seul objectif : retarder l’action climatique pour continuer à nous abreuver de pétrole.
par Mickaël Correia
Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal — Libertés publiques
« Une gestion exclusivement policière de la crise sanitaire »
« La logique aurait voulu que les autorités adoptent une approche sanitaire et sociale » pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, pointe la professeure de droit public Diane Roman, qui regrette que, « désormais, tout se résolve en termes de mesures policières ».
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses