Gunkanjima












Des bestioles

Rumeur et bourdonnements

Solo de batterie un accord de guitare archet cordes à vide

Lumière métal harmoniques

Archet sous le chevalet

Contrebasse et voix entre l’humain et l’animal

Etat premier comme sous terre et l'industriel

 

Chant s’élève de la mer, écho glissant

Articule un langage début de forme

Des syllabes lentes autour du son tenu

Aigus graves relancés

Espaces verticaux lignes violon et voix

La basse en continu se resserre sur le médium

Polyphonie de plus en plus soutenue jusqu’à l’espace horizontal

En arrière plan à peine violon

 

Puis ça bondit partout

Sautillés

Monodies rapides

Onomatopées ruptures jongleries

Est-ce que ce sont encore les bestioles

Ça  disparait réapparait fait tomber la monnaie

Descend remonte se suspend

S’amuse

Glisse et se précipite

Erructe une vie de débrouille

Le bordel avant l’ordre

 

S’attire s’accélère et s’emballe en japonais gutural

Refrain

Ralenti criant ses roulements et sirène d'alerte

Ça tire encore attention voilà un sursaut de folie vivante qui part en déchainements

Maintenant assez il n’y a plus rien à hurler

 

Lentement la régularité insulaire

Work and die la valse inutile

Tournure infinie où parle encore le bois la dernière plainte

Est-ce que ce sont les éléments les saisons l’écho solaire

Ou le moment de contempler

De loin l’étendue d’un désastre

Plainte sans pathos

Sereine indifférence

Jour après jour d’heure en heure chaque instant presque stable

Non

 

Rock charbon à la mine six guitares

Finit en grésillements escalades jusqu’à disparition

Pluie ou grillons et cri dans l’espace

Cette fois ce sont les traverses

En profondeur de champ des régularités

Où le souffle se déplie à la corde

Un sifflement entre aigüs en trille et trame régulière au loin résonance

 

Mais voici presque rien

L’espace entre surface et profondeur

Fluide et dur

Une oscillation aigüe et dessous le tunnel

Entre deux s’étend la tension entre les sons épars

Un oiseau au milieu tout seul, siffle et puis plus

Paysage vivant

Découpages roulements

Montée en puissance voix cimballes et les cordes lentes

Scène sans rituel

 

Tradition lointaine 

Matière sonore

Rumeur de rue transe de l’activité

Commerce répétitif activité argent production transe

Indicateurs rapides jeux caisse claire et délire en lignes de fuite

 

Insectes

Accelération et montée de roulements

Attaques de passage avions ou machines roulantes

Et maintenant les saccades poétiques et rudes

Indiquent les marques de la percussion

Rock à la mine exploitation jusqu’à saturation

Epuisement, de tout 

Une seule ligne métallique

Et la mer

Six houles

 

Gunkanjima, le 5 juillet au festival MIMI

http://www.culture-13.fr/agenda/30-eme-edition-du-festival-mimi.html

https://www.youtube.com/watch?v=hbkiNoy3iks

https://www.youtube.com/watch?v=cW53O9TLcsQ

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.