La vie conne et fine de Gustave F.

Un feuilleton, pas un journal, réalisé à plusieurs mains extrêmement bien lavées.

image Laurent Grappe image Laurent Grappe
Le jour 1, Gustave lut.

Il relut. Il avait la tête un peu lourde. Le foie aussi peut-être. Ou les jambes. L’ensemble était lourd. Pourtant sa santé était assez bonne. Pas de température, les mains un peu moites peut-être. Son cœur était lent, il avait toujours eu cette chance d’avoir le cœur lent. Il s’en était vanté, autrefois, quand la question du cœur lent se posait entre collègues, à l’époque où il avait essayé de s’intégrer dans une société de cadres. Les cadres faisaient presque tous du vélo et du jogging, sinon ils allaient à la salle de sport, ils aimaient bien parler de leur cœur, surtout le lundi à cause des performances de la veille. Quels cons. Lui aussi évidemment il en parlait, c’était pour s’intégrer et parce qu’il se sentait fort sur le sujet. Pas à cause du sport, il n’en faisait pas, mais à cause de son cœur. Il aimait beaucoup son cœur, sa qualité de cœur. Ce n’était pas une qualité acquise, mais une qualité de naissance, sa mère avait elle-même le cœur lent, jusqu’à l’Ehpad elle eut de l’endurance, bref. Sa mère. L’Ehpad. Flippant. Il oublia sa mère. Il relut.

Arrêté du 14 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19.

Le premier jour commençait alors qu’il faisait nuit. Il pensa qu’il avait de la chance de lire cet arrêté, que tout le monde ne lit pas tous les jours des arrêtés, et encore moins un si bel arrêté. Il s’arrêta de lire. Il avait envie de faire pipi. Il se demanda si faire pipi pouvait être à l’avenir une activité nouvelle de quelque façon. On verra bien, dit-il tout fort pour lui-même en pissant. Il pissa normalement. Il en fut rassuré. C’est bien, Gustave. Il compta les rouleaux de PQ. Neuf fois deux dix-huit fois trois cinquante-quatre. Il parait que dans certains pays il n’y en a même pas. Autre mœurs. Il se dit que s’intéresser aux autres mœurs était un talent rare…

la suite sur La mer gelée

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.