we are we

- Nous en faisons partie

- Absolument

- C’est la réalité

- Ça a toujours été

- Mais nous ne sommes pas dedans

- Absolument pas.

 

- Nous n’avons jamais été vraiment dedans même quand nous y étions

- Nous y étions mais sans en être

- Nous y étions mais en partie seulement.

 

- Parfois les gens nous demandent « mais comment ça se fait que vous ne voulez pas en faire partie alors que vous dites que vous en faites partie ? »

- Ils se demandent comment c’est possible alors ils nous demandent

- Nous leur disons que nous en faisons partie, en effet, mais que nous ne voulons pas être dedans puisque nous n’y sommes pas.

- C’est pourtant clair.

 

- Nous ne sommes pas en dehors

- Tout en étant pas dedans

- Cette façon d’être, en y étant tout en n’en étant pas, c’est tout nous.

 

- C’est tout nous, d’être nous.

 

- C’est comme ça

- Ça a toujours été.

 

- Tu te souviens du temps où nous avons compris que nous étions nous ?

- C’était un vendredi, je crois

- Nous étions partis en voyage

- En bateau

- Nous préférons le bateau

- Ça nous rappelle la mer.

 

- Il y eut une violente tempête

- Avec des vagues impressionnantes

- Un vent s’était levé du côté du sud sud-est

- Il y avait du brouillard

- Et il pleuvait un petit peu

- Nous nous crûmes perdus

- Il nous fallut ménager nos vivres avec beaucoup d’économie

- Nous avions seulement un petit sandwich chacun.

 

- Nous avons bien failli périr

- Mais nous survécûmes

- Car nous sommes nous quand même.

 

- Après moultes aventures

- Une traversée d’une heure et trente minutes

- Nous avons découvert une terre

- C’était un monde nouveau

- Exotique

- Nous aperçûmes des gens sur la côte qui s’arrêtaient pour nous regarder

- Il n’étaient pas nus et leur peau était pâle

- Ils faisaient des gestes en parlant un langage

- C’étaient des êtres étranges

- Je pense que c’étaient des étrangers.

 

- En tout cas ils étaient habillés d’une façon ridicule

- Ils se couvraient de tuniques en fibre végétale

- Avec des inscriptions imprimées dans le dos ou sur le torse

- Ils avaient les pieds recouverts de peau de vache

- Ils mangeaient des choses qu’ils sortaient de boites habilement décorées

- Ou de sacs, en pâte d’arbre, je pense

- Ils buvaient des liquides de couleur variée

- Dans des petites gourdes en pétrole transformé

- Ils parlaient dans des rectangles et se promenaient avec des fils qui pendaient aux oreilles

- Ils avaient des rituels, des lois, des mœurs policées et probablement même un gouvernement

- Ils avaient aussi une agriculture, toute une infrastructure, des routes, et des villages …

- Et des villes assez bien organisées

- Ils cultivaient les arts et dispensaient leur savoir sur de grands panneaux exposés dans les rues.

 

- Ils avaient l’air d’appartenir à une société plus ou moins civilisée

- Aussi incroyable que ça puisse paraître.

 

- Nous avons eu, pendant un tout court instant, le sentiment étrange d’être des étrangers

- Alors que c’était eux !

 

- Nous avons commercé avec eux

- Dans la langue du commerce

- Nous avions apporté des petites choses

- Des babioles

- Que nous espérions échanger contre d’autres babioles

- Mais au bout d’un moment nous nous sommes dit que nous étions peut-être en train de nous faire avoir.

 

- Nous avons commencé à douter des gens de cette contrée

- Ils avaient l’air comme nous

- C’étaient des êtres humains

- Il n’y a pas de doute

- Évidemment

- Mais ils étaient différents

- Tout à fait différents.

 

- C’étaient des êtres humains, évidemment, mais ils n’étaient pas comme nous

- C’est ce que nous nous sommes dit, ils ne sont pas comme nous

- Il n’y a que nous pour être vraiment comme nous

- C'est tout nous d'être nous.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.