Que veulent-ils au juste?

 © Nola Tularosa. © Nola Tularosa.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le printemps populiste est de retour

Et je m’ennuie

Avec les électeurs qui veulent rêver

Des histoires d’une pâle bêtise

Qui collent aux semelles

Même au soleil

Heureusement il reste les buis

Les oliviers

Les mots savoureux des nouvelles pousses

La beauté des bourgeons

Du matin jusqu’au soir

Et les genoux dans la terre

J’oublie cette farandole d’inepties  

Les yeux éblouis par la nature renaissante.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.