Australie, Christmas Island : anomalies pandémiques et darwinisme migratoire

AUSTRALIE : Depuis le mois de septembre 2020, les "Territoires extérieurs australiens de l'Océan Indien", deux îles microscopiques au milieu de l'océan indien, ont explosé les taux de décès du covid-19 pour 100 000 habitants, et figurent en tête du palmarès mondial.

  ☣️ ☣️ ☣️ 27 FÉVRIER 2021, LCI : " (...) Avec 909 décès pour 2.801 habitants, les Territoires extérieurs australiens de l'Océan Indien se retrouvent les plus durement frappés en proportion de leur population, avec un taux effarant de 32.452,7 morts pour 100.000 habitants. "

https://www.lci.fr/international/carte-covid-19-pandemie-epidemie-monde-voici-les-pays-ou-le-taux-de-mortalite-est-le-plus-fort-belgique-royaume-uni-etats-unis-france-27-fevrier-2154174.html ...

 

capture-d-ecran-2021-02-28-04-38-53

 

 

 

** QUE SE PASSE-T-IL SUR L'ÎLE CHRISTMAS ? FLASH-BACK **

 

Il s'agit en fait d'une anomalie, les 909 morts en Australie se concentrant en réalité dans le sud du continent, ont été répertoriées sur ces îles, dont Christmas Island, un temps utilisée pour isoler les australiens de retour de Wuhan, mais surtout connue pour être un véritable camp de concentration insulaire, souvent comparé à Guantanamo, et rouvert au prétexte de la pandémie, après avoir été fermé une première fois ... ️

 

➡️ Guardian (1), 4 AOÛT 2020 : " Le gouvernement australien va rouvrir le centre de détention de l'île Christmas pendant la crise de Covid-19 (...) Le gouvernement australien va rouvrir le centre de rétention situé sur le territoire éloigné de l'île Christmas pour y accueillir les personnes actuellement en détention pour immigration sur le continent australien. La Force frontalière australienne a confirmé mardi soir que les personnes actuellement en détention pour immigration seraient transférées "temporairement" au centre de North West Point sur l'île Christmas, où les Australiens revenant de Wuhan ont été détenus dans les premières semaines de la pandémie de coronavirus. Ces transferts incluraient jusqu'à 200 détenus du centre de détention de Yongah Hill en Australie occidentale, a indiqué l'Australien. Le transfert créerait un espace pour que les détenus des États de l'Est puissent être transférés en Australie occidentale afin d'éviter les risques d'infection par le coronavirus à Sydney et Melbourne. Après une période de quarantaine à Yongah Hill, ces détenus pourraient être envoyés sur l'île Christmas. Mercredi, la Force frontalière australienne a déclaré sur Twitter qu'aucun réfugié ne serait transféré sur l'île Christmas. Elle a déclaré que seuls "les personnes condamnées pour des délits graves" y seraient transférées. En réponse aux critiques selon lesquelles l'île Christmas manquerait de soins médicaux spécialisés, la Force frontalière a déclaré que le contractant IHMS fournirait des cliniques de santé primaire et mentale sur place, et que les autres soins médicaux seraient fournis par des spécialistes en visite ou par référence au continent australien. L'Australie occidentale avait précédemment signalé que les réfugiés et les demandeurs d'asile seraient transférés sur l'île Christmas depuis le Victoria dès ce mois-ci, mais a ensuite supprimé les références aux demandeurs d'asile. Dans une déclaration faite lundi soir, la Border Force a déclaré que l'île Christmas était réouverte "pour soulager la pression de la capacité du réseau de détention en Australie". "Avec les mesures d'éloignement requises par le Covid-19 en place au sein du réseau de détention, cela met le réseau de détention sous pression. "La cohorte transférée est composée de personnes qui ont été condamnées pour des crimes impliquant des agressions, des délits sexuels, des drogues et d'autres infractions violentes. Cette population est détenue en raison du risque qu'elle représente pour la communauté australienne". Les réfugiés et leurs défenseurs ont fait part de leurs inquiétudes quant aux risques d'infection et d'épidémies dans les centres de détention des immigrants, d'autant plus que Melbourne a connu une deuxième vague d'épidémies brutales. Un membre du personnel de l'hôtel Mantra à Preston, où sont détenus environ 65 réfugiés et demandeurs d'asile transférés en Australie après avoir été placés en détention à l'étranger en vertu de la loi sur l'évacuation sanitaire, a été testé positif au virus le mois dernier. Alors que l'État de Victoria a pris des mesures extrêmes pour contenir son épidémie, l'Australie occidentale compte très peu de cas et l'île Christmas est restée exempte de coronavirus. Malgré les risques de coronavirus, Mostafa Azimitabar a déclaré au Guardian Australia qu'il craignait d'être envoyé sur l'île Christmas. Azimitabar, un réfugié iranien qui a été transféré médicalement en Australie depuis la Papouasie-Nouvelle-Guinée et qui est maintenant détenu à l'hôtel Mantra, a déclaré qu'il souffrait de stress post-traumatique. "Je n'aime pas voir de barrières. Dans cette pièce où je passe près de 24 heures sur 24, je sens que c'est mieux que d'être à l'intérieur de clôtures", a-t-il déclaré. "L'ironie est que j'ai été transféré en Australie pour y recevoir une aide médicale, mais ces clôtures ne peuvent pas améliorer ma santé". Il était nerveux quant à l'impact que la détention sur l'île Christmas pourrait avoir sur sa santé mentale, ayant vu que l'Iranien Fazel Chegeni s'y est suicidé. Il ressentirait une "immense tristesse" d'être éloigné des amis qu'il s'est faits à Melbourne. "Quand ils passent devant, ils me font signe, ils me donnent de l'espoir. Mais s'ils m'emmènent sur une île éloignée, j'ai l'impression qu'ils me tuent l'âme", a-t-il déclaré. Azimitabar a déclaré que la quatrième étape du confinement et du couvre-feu de Melbourne signifiait que c'était un moment opportun pour le gouvernement de transférer les réfugiés vers une zone éloignée sans subir l'interférence des manifestants. Les défenseurs des réfugiés, qui ont demandé que les détenus soient libérés dans la communauté, ont critiqué la décision de rouvrir l'installation comme une réponse dangereuse aux risques du Covid-19. "Le gouvernement sait clairement que des personnes sont en danger dans leurs centres de détention pour immigrés surpeuplés - il est difficile de croire qu'ils se donnent tant de mal pour éviter une solution humaine et logique", a déclaré David Burke, du Human Rights Law Centre. "En rouvrant les centres de détention sur une île éloignée, à des milliers de kilomètres des soins médicaux spécialisés, le ministre Dutton a choisi une réponse dangereuse et cruelle à une crise de santé publique". La directrice de l'Asylum Seeker Resource Centre, Jana Favero, a déclaré que l'organisation était "très préoccupée" par ces rapports. Les clients du centre connaissent "une détérioration rapide de leur santé mentale et physique" et doivent être libérés pour être enfermés afin de se protéger, a-t-elle déclaré. "Au lieu de suivre les conseils des professionnels de la santé, le gouvernement a recours au transfert de personnes vers l'île Christmas, intentionnellement hors de vue et loin de leurs assistants sociaux, de leur représentation juridique et de leurs réseaux de soutien communautaire, ce qui met encore plus en danger la santé mentale", a déclaré M. Favero. Le centre de détention controversé de l'île Christmas a été fermé en 2018, pour être rouvert l'année suivante, le gouvernement ayant menacé d'y envoyer des réfugiés malades de l'île de Manus et de Nauru au lieu du continent. Cela ne s'est jamais produit, mais le centre a été maintenu en "urgence chaude" avec plus de 100 employés. En février, les Australiens évacués de Wuhan en Chine à cause de l'épidémie de coronavirus ont été envoyés sur l'île Christmas pour y être mis en quarantaine pendant deux semaines avant de retourner sur le continent. La famille tamoule de demandeurs d'asile, connue sous le nom de famille Biloela, est détenue sur l'île depuis près d'un an, mais pas dans l'établissement qui est en cours de réouverture. Mère Priya Murugappan a récemment été renvoyée sur l'île après s'être rendue à Perth pour y recevoir des soins médicaux qui n'étaient pas disponibles sur l'île éloignée. Les partisans de la famille ont fait valoir que le transfert montrait que les soins médicaux disponibles étaient insuffisants sur l'île Christmas, qui ne dispose pas d'un hôpital de niveau tertiaire. Fin mai, dernière date pour laquelle des statistiques officielles étaient disponibles, il y avait 369 détenus à Yongah Hill. Guardian Australia croit savoir que 15 hommes néo-zélandais qui avaient été détenus à Yongah Hill ont été renvoyés en Nouvelle-Zélande mardi. - Cette histoire a été modifiée le 5 août 2020 pour supprimer une référence à la possibilité que des réfugiés soient transférés sur l'île Christmas, suite à la déclaration des forces frontalières australiennes. "

https://www.theguardian.com/australia-news/2020/aug/04/australian-government-to-reopen-christmas-island-detention-centre-during-covid-19-crisis ...

(1) ndlr : traduction DeepL

 

➡️ 8 OCTOBRE 2020 : " Reste certains pays et territoires qui affichent une mortalité énorme, mais peu pertinente: il s'agit plus d'anomalies statistiques, souvent dues à des populations faibles, comme Andorre (688 morts par million d'habitants), Saint-Marin (1252), ou encore le terrible bilan des Territoires extérieurs australiens de l'océan Indien avec 320 000 morts par million d'habitants: ces îles australiennes d'outre-mer (îles Christmas et Cocos) ont enregistré 894 morts pour seulement 2801 habitants. " ☣️ ☣️ ☣️

https://www.estrepublicain.fr/sante/2020/10/08/coronavirus-decouvrez-les-pays-les-plus-touches-sur-notre-carte-interactive ...

 

➡️ 7 JANVIER 2021 : " Une émeute a éclaté dans le centre australien de rétention de migrants de l'Île Christmas, dans l'océan Indien, ont annoncé mercredi les autorités et des ONG. Des médias rapportant que des détenus y avaient incendié des bâtiments. (...) George Newhouse, de l'organisation National Justice Project, a affirmé que les détenus étaient à bout en raison des conditions de vie car ils sont confinés dans leurs chambres jusqu'à 22 heures par jour et qu'ils ne peuvent appeler leur famille en raison d'une mauvaise couverture mobile. "La politique du gouvernement fédéral consiste à maintenir les détenus dans des conditions difficiles et inhumaines pour les obliger à quitter l'Australie" M. Newhouse. Selon lui, "ces conditions dures et solitaires ont un impact sur la santé mentale et le bien-être des détenus." La police affirme que le centre accueille des "non-citoyens illégaux", une formule qui renvoie aux migrants dont les titres de séjour ont été révoqués en raison de condamnations diverses en Australie. Mais elle a refusé de donner le nombre de détenus sur l'Île Christmas. Le Refugee Council of Australia affirmait qu'il y avait 220 détenus en octobre 2020. Réouverture de cette prison en août dernier Territoire extérieur australien à 1.500 km des côtes de l'immense île-continent, et à 350 km au sud de l'Indonésie, l'île était devenue célèbre parce qu'y étaient relégués les migrants arrêtés en tentant clandestinement d'atteindre l'Australie. Le gouvernement a rouvert en août le centre de détention, qui était fermé depuis deux ans, en affirmant que les centres situés sur le continent étaient en train de devenir pleins, faute de pouvoir expulser les clandestins en raison du coronavirus. Les installations avaient aussi été utilisées comme centre de quarantaine pour les Australiens qui avaient été évacués de la ville chinoise de Wuhan au début de la pandémie. " => https://la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie/ile-christmas-emeute-dans-le-centre-de-retention-australien-909222.html

VOIR AUSSI, 10 JANVIER 2020 (ENG) : => https://www.theguardian.com/australia-news/2021/jan/10/fresh-disturbance-at-christmas-island-detention-centre-due-to-inhumane-conditions-advocates-say ...

 

➡️ CES "ANOMALIES" MACABRES ÉCLAIRCIES, DÉCOUVREZ LA FRANCE DANS LE TOP 20 MONDIAL DU NOMBRE DE MORTS PAR NOMBRE D'HABITANTS, DANS LE TABLEAU ET SUR LA PLANISPHÈRE DES DECES DU COVID-19 / 100 000 HABITANTS (À JOUR 26/02/2021, JOHN HOPKINS UNIV.) ET L'ÉCART BÉANT ENTRE UNE ASIE ET UNE OCÉANIE LARGEMENT ÉPARGNÉES (LA SANTÉ D'ABORD) VERSUS UN OCCIDENT + AMÉRIQUE LATINE BARDÉS DE CRIMINELS PRO-BUSINESS (LES PROFITS À COURT TERME DES ACTIONNAIRES D'ABORD ; BOLSONARO, MACRON, TRUMP, JOHNSON, ET NOS AMIS SUÉDOIS...) . DES CONFINEMENTS ONT ÉTÉ ORGANISÉS EN OCCIDENT SANS QUE CELA NE FASSE DE DIFFÉRENCE, CONTRAIREMENT À LA POLITIQUE DE DÉPISTAGES SYSTÉMATIQUES ET DE MISE À DISPOSITION RÉELLE DE LOGEMENTS D'ISOLEMENT POUR LES CAS CONTACTS ADULTES VOLONTAIRES (SUCCÈS DE LA NOUVELLE-ZÉLANDE ET EXCEPTION ISLANDAISE). ENFERMER LA POPULATION À DOMICILE SUR SON TEMPS LIBRE ET CONCENTRER, DENSIFIER LES FLUX CONTRAINTS (RAVITAILLEMENTS, DÉMARCHES, TRANSPORTS) SUR DES HORAIRES RESTREINTS (CONFINEMENTS ET COUVRE-FEUX) EST ANTI-SANITAIRE !!!

https://mapthenews.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/9644625930fd41bf8a15316d9632568f ...

 

capture-d-ecran-2021-02-28-06-44-31

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.