En réponse à la tribune de Thomas Bach

Thomas Bach, dans une tribune du 29 avril dernier, écrit au Mouvement olympique, nous lui répondons.

Les instances du Mouvement olympique tremblent :  après le report des jeux de Tokyo2020 sur fond de pandémie du Covid-19, l’idée d'une possible annulation des Jeux au Japon devient de plus en plus envisageable. Dans une tel contexte, ce n’est pas un hasard si, tour à tour, Guy Drut puis Thomas Bach lui-même ont plaidé pour une refondation du Mouvement olympique et appelé à un renouvellement des ambitions du Comité international olympique (CIO).

T. Bach © wikipedia.org T. Bach © wikipedia.org

« Imaginez quel puissant signal d'espoir ces Jeux Olympiques constitueront pour le monde en ces temps sans précédent. La flamme olympique peut être la lumière au bout du tunnel obscur dans lequel l'humanité se trouve actuellement. »

Ne nous y trompons pas, dans sa tribune, Thomas Bach vient surtout rassurer les investisseurs privés pour leur montrer à quel point la « flamme » olympique tiendra son rôle dans le déploiement d’un nouvel ordre mondial consumériste, ultra-sécuritaire, paré de fausses vertus universalistes.

Paris2024 Paris2024

« Je propose donc une large consultation entre nous tous sous la direction de la commission exécutive et de la Session du CIO, comme nous l'avons fait pour l'Agenda olympique 2020. »

Thomas Bach parle aux dirigeants politiques. Jamais dans cette tribune, le président du CIO n’évoque les populations mises à l’écart des décisions de construction et leurs conséquences sur les vies de chacun (gentrification, hyper-surveillance généralisée, gabegie financière).

L’entre-soi, le business semblent le préoccuper au plus haut point. Mais aucune référence n'est faite au chaos climatique, comme si on pouvait l’oublier. Alors même que depuis quelques mois la pandémie du Covid-19 fait rage, rien de ce qui réellement préoccupe l’humanité toute entière n'intéresse Thomas Bach : "business as usual".

IOC IOC

Marqué par les affaires de corruption, le népostisme, un gigantisme qui a pu assassiner (comme à Rio en 2016), le CIO est une instance de l’ancien monde, elle doit laisser la main et se résoudre à abandonner ses jeux. Le monde de demain, plus que jamais, n’a pas besoin du CIO et de sa vision étroite et avide de la coopération entre les peuples.

En 2021, 2024 ou 2028, plus que jamais, nous demandons l’annulation des Jeux Olympiques !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.