Hauts-de-France: appel à venir défendre le vivant contre les projets destructeurs

Faire transiter des papillons de l’Amazonie au Pas-de-Calais, construire un énième entrepôt de quelques dizaines de milliers de m² pour Amazon, utiliser des terres agricoles pour faire tourner toujours plus de méthaniseurs, construire un «écoquartier» sur une friche à la biodiversité riche, bâtir des usines à frites et des poulaillers géants... ces projets ont une chose en commun : ils répondent de la même logique économique qui accentue la destruction de nos mondes.

L'APPEL :

bailleul-2

Faire transiter des papillons de l’Amazonie au Pas-de-Calais, construire un énième entrepôt de quelques dizaines de milliers de m² pour Amazon ou Ali Baba, utiliser des terres agricoles pour faire tourner toujours plus de méthaniseurs, construire un « écoquartier » sur une friche à la biodiversité riche, bâtir des usines à frites et des poulaillers géants...

Tous ces projets ont une chose en commun : ils répondent de la même logique économique qui accentue la destruction de nos mondes, tant par
l’artificialisation des terres que par la marchandisation du vivant.
C’est en cela qu’ils nous paraissent absurdes et dangereux.

Alors que le désastre écologique est déjà bien entamé et que la destruction du vivant s’intensifie toujours plus chaque jour, les grands projets inutiles ne cessent de se multiplier dans le Nord-Pas-de-Calais, et plus largement sur l’ensemble du territoire français.

defendre-le-vivant-1

Là où le discours dominant s’accommode très bien d’une écologie environnementale passive, dépolitisée et foncièrement individualiste, la seule réponse valable face à l’ensemble de ces projets monstrueux réside dans une écologie de combat, offensive et collective. À nos yeux, l’écologie n’est pas une énième lutte supplémentaire mais bel et bien une grille de lecture de notre époque, désormais indispensable pour lutter contre la destruction du monde et la pulvérisation de tout.e.s celle.u.x  qui tentent de l’habiter. De plus, nous nous opposons à cette
écologie électoraliste qui, sous son vernis vert, ne cherche qu’à répondre aux impératifs de son propre agenda politique. L’économie et son monde ne seront jamais du côté du vivant : nous en appelons donc  à une écologie sans transition. Face à l'entreprise de dépossession menée par des partis de tout bord, nous affirmons qu’une autre fin du monde est possible : il suffit de dépasser le constat de la catastrophe en cours et agir en conséquence.


Se tenir ensemble pour défendre le vivant.
Par défendre le vivant, nous entendons la défense des milieux dans lesquels nous évoluons, échangeons et vivons ; mais aussi la défense des milieux avec lesquels nous cohabitons.

Ces milieux que nous habitons, les luttes que nous menons, prennent place partout sur le territoire. La métropole n’y échappe pas. C'est à partir d'elle que s'expérimentent, se construisent et se déterminent les politiques d'aménagement mortifères, et c'est en son sein qu'il nous paraît pertinent de  venir  l'attaquer.

Nous appelons, depuis la métropole de Lille, à venir nous rejoindre pour lutter contre les grands projets imposés et destructeurs, et plus largement à venir bâtir pour une véritable défense du vivant.

Le premier temps se déroulera le samedi 22 mai à Lille avec une marche contre le projet Tropicalia et les grands projets inutiles dans le Nord-Pas-de-Calais. Ce projet de la plus grande serre tropicale au monde, maintenue à 28° toute l'année est vendu comme une révolution technologique et écologique. Il s’apparente finalement plus à un parc touristique complètement démesuré.

Si la lutte contre l'intoxication de nos mondes trouve un intérêt stratégique à se dérouler au cœur des grands centres décisionnaires, elle est indissociable d'une présence et d'une mobilisation locale. Faire des liens entre nos situations c'est également se rencontrer dans les lieux mêmes où nous décidons de lutter.

Le second temps aura lieu le samedi 29 mai lors d’un temps festif organisé par le collectif du Ch’Moisnil à Marquillies. Ce moment durant lequel nous sommes convié.e.s à venir partager un pique-nique, un tour à vélo, ou plus simplement un temps de discussion, prend place dans le cadre de la lutte contre la construction d’un complexe logistique dont l’exploitant est encore à ce jour inconnu. Seule certitude : la bétonisation de quelques 100 000 m² de parcelles non encore exploitées, doublée du probable assèchement de la nappe phréatique sur laquelle prendra place ce géant de béton et d’acier déposé au beau milieu des Weppes.

Créer des ponts en se rencontrant au sein du nœud de pouvoir que constitue la métropole lilloise,  échanger et partager sur nos expériences, constats et situations plurielles, tisser des liens et des amitiés. Voilà à quoi ressemblent nos désirs pour tenter de défaire le sortilège destructeur de ce monde.

Contact et informations : ecololille@riseup.net
Les rassemblements se feront dans le respect des mesures sanitaires."

AU PROGRAMME :

- MANIFESTATION LE 22 MAI CONTRE TROPICALIA ET LES GRANDS PROJETS INUTILES. RENDEZ-VOUS PLACE DE LA RÉPUBLIQUE À LILLE À 14H30.

https://www.facebook.com/events/1468562383475041?acontext=%7B%22event_action_history%22%3A[%7B%22mechanism%22%3A%22your_upcoming_events_unit%22%2C%22surface%22%3A%22bookmark%22%7D]%7D

#nonatropicalia


- RASSEMBLEMENT FESTIF LE 29 MAI CONTRE LE PROJET D'ENTREPÔT XXL À MARQUILLIES. RENDEZ-VOUS RUE DE LA FERME DES MOTTES DÈS 11H.

À QUOI S'AJOUTE UNE MANIFESTATION LE 29 MAI À 9h30 CONTRE L'USINE DE MÉTHANISATION À BAILLEUL ET CONTRE CE MODÈLE AGRICOLE EN DÉRIVE
(INFORMATION : https://www.facebook.com/events/375836433724064/)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.