"Je n'ai rien à cacher", 100 projections contre la surveillance

« Nothing to Hide » fête sa centième projection-débat au cinéma la Clef à Paris, mardi 12 décembre à 20h, en présence du collectif "sortir de l'état d'urgence", de la Ligue des Droits de l'Homme et de son réalisateur.

Après des projections à Rennes et à l’école Sud Télécom cette semaine, le collectif pour la sortie de l'état d’urgence et la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) co-organisent la centième projection du documentaire au cinéma la Clef (Paris V), en présence du réalisateur Marc Meillassoux. Une projection est prévue le 19 décembre au cinéma Utopia de Montpellier.

Projection-débat de 'Nothing to Hide' au Parlement européen, invité par Eva Joly et les Verts (17/10/2017) Projection-débat de 'Nothing to Hide' au Parlement européen, invité par Eva Joly et les Verts (17/10/2017)

 

Le documentaire « Nothing to Hide » s’intéresse à la vaste acceptation de la surveillance à travers l’argument « je n’ai rien à cacher » et aux dangers que la surveillance fait peser sur notre démocratie.

Le 1er octobre, le documentaire a été mis en ligne sous une licence Creative Commons (Non Commercial No Derivatives). Cette licence permet à n’importe qui de voir le film sur internet et de le projeter sans payer de droits si l’entrée est elle-même gratuite. Les organisateurs de projections gratuites sont invités à considérer une donation, s'ils en ont les moyens.

Bande-annonce de Nothing to Hide © Marc Meillassoux

Depuis octobre, la LDH, la Fédération des Fournisseurs d’Accès associatifs (FFDN), la Fondation Mozilla et des associations proches du logiciel libre ont organisé une trentaine de projections-débats supplémentaires. Plusieurs CryptoParties (ou Café Vie Privée) ont été organisées à l’issue des projections permettant aux spectateurs présents de commencer à protéger leurs données sur leur téléphone ou leur ordinateur. Des intervenants de la Quadrature du Net, d’Attac et de l’Association Française du Droit de l’Informatique et des Technologies (AFDIT) interviennent régulièrement dans les débats.

Il est donc relativement aisé d’organiser une projection et de solliciter les associations qui disposent de réseaux décentralisés en France pour le débat. Plusieurs lycées en Allemagne ont également commencer à diffuser le film en salles de classe.

En 2018, des séances sont prévues à Montbrison (18/01), à Montpellier encore (23/01), à la Hay-les-Roses (15/02). D’autres dates seront bientôt annoncées pour Grenoble, Saint-Nazaire, La Rochelle, Allauch, Paris, Royan, Nogent-Fontenay.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.