"Nothing To Hide" Documentaire
Journalistes indépendants
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 janv. 2016

NOTHING TO HIDE en campagne (de Crowdfunding)

Le documentaire sur la surveillance de masse NOTHING TO HIDE (partenaire de Mediapart) est en tête de la catégorie cinéma sur la plateforme de 'crowdfunding' Kickstarter. Un modèle de financement qui présente des opportunités nouvelles, des espoirs et encore quelques limites. (Voir la bande-annonce).

"Nothing To Hide" Documentaire
Journalistes indépendants
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un monde sous surveillance


Les auteurs du documentaire NOTHING TO HIDE ont lancé une campagne de ‘crowdfunding’ (récolte de fonds en ligne) dimanche 10 janvier.

Pour rappel, notre film s’intéresse à l’argument « je n’ai rien à cacher » largement répandu dans le débat quand il est question de sphère privée et de surveillance de masse. Nous travaillons sur le sujet depuis plus de six mois et faisons désormais appel aux contributeurs pour mener le projet à terme .

NOTHING TO HIDE a bénéficié jusqu’ici d’un fort soutien en ligne et est actuellement en tête de la catégorie Cinéma sur la plateforme américaine Kickstarter. Il reste toutefois un long chemin à faire pour atteindre notre cible et le modèle « all or nothing » de la plateforme Kickstarter ne laisse pas le droit à l’erreur. Cette campagne a demandé un investissement conséquent et nous espérons pouvoir la terminer dans les meilleurs délais pour nous concentrer sur le documentaire. 

Voir la bande-annonce  (La vidéo complète est en anglais, la bande annonce du film sous-titrée en français - sans la présentation des auteurs - est disponible en bas du lien)

Les promesses du crowdfunding

Il est intéressant de noter qu’un projet de documentaire indépendant peut aujourd’hui avoir accès à des canaux de financement, de production et de diffusion alternatifs. Sans toutefois que ceux-ci puisse encore rivaliser avec les canaux classiques en termes de financement. Même si l’objectif de notre documentaire était atteint (et même doublé), il ne pourrait couvrir l’ensemble des coûts de production et des coûts salariaux. Les canaux classiques le permettent encore tant bien que mal, mais sont soumis à des logiques économiques qui nuisent à l’indépendance de certains projets. Le modèle n’en est pas moins porteur d’espoir.

Autre aspect intéressant : le « crowdfunding » donne l’opportunité aux internautes non seulement de soutenir des projets mais de contribuer directement aux tendances.  Impossible pour un porteur de projet d'ignorer les attentes des 'crowdfunders'. En termes macroéconomiques, c'est désormais la demande qui prime sur le monopole de l'offre. C’est d'ailleurs ce que prévoyait David Bowie dès 1999 dans une interview sur le futur de l'industrie musicale et l'internet : « maintenant c’est l’internet  qui porte l’étendard (…) J’approuve l’idée d’une démystification entre l’artiste et l’audience. Tout est une question de communautés et le modèle reposera de plus en plus sur l’audience ».

Nous sommes heureux de voir que les interrogations posées par NOTHING TO HIDE semblent être partagées par un nombre important de personnes à travers le monde. Nous devons aussi le dynamisme de ce début de campagne à ceux qui nous suivent et ont été actifs sur les réseaux sociaux, parmi lesquels un certain nombre de lecteurs de Mediapart. Nous espérons pouvoir compter sur leur soutien dans les prochains jours. Après sa diffusion en Allemagne, le film sera partagé avec une licence ‘Creative Commons’, permettant sa diffusion, son utilisation et son édition (à des fins non commerciales). 

Marc Meillassoux & Mihaela Gladovic 

Suivez-nous sur:

Kickstarter

Facebook

Twitter

Wordpress

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND