"Nothing To Hide" Documentaire
Journalistes indépendants
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mars 2017

Nothing to Hide: projection-débats

"Reprenons le contrôle de nos données!" Nothing to Hide, un documentaire sur la surveillance, sera projeté à Bordeaux lundi (27/03 à 20.30) et à Paris mardi (28/3 à 17.30).

"Nothing To Hide" Documentaire
Journalistes indépendants
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après sa sortie en Allemagne fin 2016, le documentaire franco-allemand Nothing to Hide tourne en France: après Rouen, Corte et Toulouse, le documentaire sera projeté au cinéma Utopia à Bordeaux lundi (27/03 à 20.30) et à l'Université Paris Descartes mardi (28/3 à 17.30, entrée gratuite sur inscription: up5.de/nth). Les deux scéances seront suivies d'un débat:

Bande-annonce de Nothing to Hide © Marc Meillassoux


Lundi 27 MARS 2017 à 20h30 au Cinéma Utopia Bordeaux
SOIRÉE-DÉBAT : "Rien à cacher ? Reprenons le contrôle de nos données !"

Organisée par l'association Aquilenet et la Ligue des Droits de l'Homme Gironde
Projection suivie d'un débat avec François Pellegrini, professeur d'informatique, Université de Bordeaux, Pierre Grange Paderas, artiste hacker (Openbeelag.org), Jean-Claude Guicheney, président de la LDH Gironde, et des membres d'Aquilenet, Fournisseur d'Accès Internet associatif.

MARDI 28 MARS 2017 à 17.30 à l'Université Paris Descartes

PROJECTION-DÉBAT: "Protection des données" Débat avec Fabrice Epelboin, entrepreneur, enseignant à l'IEP Paris et intervenant dans Nothing to Hide, George-Louis Baron, professeur en sciences de l'éducation à Paris Descartes, David Janiszek, maître de conférences en Informatiques. Au centre universitaire des Saint-Pères, 45 rue des Saint-Pères, Amphithéâtre Binnet ENTREE GRATUITE, INSCRIPTION OBLIGATOIRE: up5.de/nth

Les trois lanceurs d'alerte de la NSA, Thomas Drake, William Binney et Edward Snowden dans Nothing to Hide © CNN

Nothing to Hide est un documentaire dédié à la question de la surveillance de masse et à son acceptation dans la population. Il est réalisé et produit par deux journalistes français et allemands, Marc Meillassoux et Mihaela Gladovic. Le documentaire a été « crowdfundé » par plus de 400 internautes.                  

Nous nous accordons généralement à dire que les régimes de surveillance sont intrinsèquement liberticides et dangereux. Nous utilisons pourtant un nombre croissant de services et applications « gratuites » comme Facebook, Google, Whatsapp etc... Les révélations Snowden ont démontré que les données récoltées par ces entitées privées pouvaient servir de matière première à la surveillance de masse (programmes PRISM, XKeyscore…).

La réponse à ce dilemme a été fourni entre autres par Eric Schimdt, le PDG de Google, et est repris régulièrements par nos politiciens : « si vous n’avez rien à cacher, vous n’avez rien à craindre ». Ainsi chacun d’entre nous peut continuer de bénéficier en toute sereinité de ces services « gratuits » en ligne, de se répéter « je n’intéresse de toute façon personne » et qu’à la fin « ils peuvent bien regarder, je n’ai rien à cacher ».

 L'expérience MISTER X

Ce que trahit l'IPhone de Mister X

 Nothing to Hide interroge les implications de la surveillance de masse à travers une vingtaine d’intervenants et 5 protagonistes. Le personnage principal est un jeune artiste berlinois, qui pense n’avoir « rien à cacher ». Il accepte d’être surveillé durant 30 jours sur son iPhone et son ordinateur.

Le but de l’expérience Mister X est de savoir ce que Facebook, Google & Co – et donc potentiellement les agences de surveillance – peuvent apprendre d’un individu en seulement un mois. L’objectif sous-jacent est de comprendre ce que les seules « métadonnées » (données de connexions, heures et fréquences d’appels, positions GPS etc) renseignent sur une personne, sans avoir recours à aucun contenu (message sms, conversation audio, corps de mail etc). Les dernières lois de surveillance en France, Allemagne, Angleterre, etc se focalisent en effet principalement sur ces « métadonnées », assurant ainsi une meilleure « protection de la vie privée »…

Mister X croise le chemin d'autres victimes de la surveillance: surveillés tantôt par les renseignements généraux français, tantôt par la police criminelle allemande (BKA) et ou encore par la Police d'Etat  de l'ex-RDA (la Stasi). Comme ces derniers, le jeune artiste va être confronté à l'expérience de la surveillance... Qui ne le laissera pas sortir indemne.

Evènements Facebook:

Bordeaux

Paris

Evènements à venir (mis à jour régulièrement):

https://nothingtohidedoc.wordpress.com/

Nothing to Hide sur Facebook

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart