«Je n’ai rien à cacher»

Nothing to Hide, un documentaire dont Mediapart est partenaire, s'intéresse à la place de la surveillance dans la société. Il sera disponible en ligne samedi 30 septembre (licence Creative Commons).

Nothing to Hide est un documentaire partenaire de Mediapart dédié à la question de la surveillance de masse et à son acceptation dans la population. Il est réalisé et produit par deux journalistes français et allemand, Marc Meillassoux et Mihaela Gladovic et a été « crowdfundé » par plus de 400 internautes. Après 10 mois de diffusion en salles et 40 projections-débats dans six pays, le documentaire Nothing to Hide sera mis en ligne en libre accès le 30 septembre.

Bande-annonce de Nothing to Hide © Marc Meillassoux

Synopsis

Nous nous accordons généralement pour dire que les régimes de surveillance sont intrinsèquement liberticides et dangereux. Nous utilisons pourtant un nombre croissant de services et applications « gratuites » comme Facebook, Google, Whatsapp etc. conférant aux géants du Net un contrôle sans précédent sur l’infrastructure de l’Internet et notre intimité en ligne.
Les révélations Snowden ont par ailleurs démontré que les données récoltées par ces entités privées servent de matière première à la surveillance de masse mise en place par les agences de renseignement (programmes PRISM, Xkeyscore...).

La réponse au dilemme que nous pose cette nouvelle surveillance hybride a été notamment fourni par Eric Schmidt, le PDG de Google, et est repris  par de nombreux politiciens : « si vous n’avez rien à cacher, vous n’avez rien à craindre ». Ainsi chacun d’entre nous peut continuer de bénéficier en toute sérénité de ces services « gratuits » en ligne, se répéter « je n’intéresse de toute façon personne » et que finalement « ils peuvent bien regarder, je n’ai rien à cacher ».

La logique du « rien à cacher » à l’ère du Big Data n’a encore jamais été interrogée. Éluder cette question nous empêche pourtant de répondre à une autre : quelle société sommes-nous en train de construire pour nous et les générations à venir ?

"Un documentaire riche, bien écrit et qui ouvre les yeux" (Forbes), "Un documentaire passionnant" (Les Inrocks), Une réponse passionnante à la question cruciale de la vie privée" (Usbek & Rica), LCI, Nextimpact, Ligue des Droits de l'Homme

Pourquoi une licence Creative Commons?

En raison de l’importance du sujet et en plein débat français (loi antiterroriste) et européen (règlement ePrivacy) sur les questions de surveillance et de vie privée, nous avons choisi de libérer le film de certains droits. Samedi 30 septembre, le film sera disponible en quatre langues (anglais, français, allemand, espagnol) sur ce lien aux conditions décrites plus bas.
Si le film est mis gratuitement sur internet, sa réalisation n'échappe pas aux contraintes financières de la production audio-visuelle. Chacun est donc libre de faire une donation ici.

La licence Creative Commons – Attribution – Non Commercial – No Derivatives (CC-BY-NC-ND) permet:

- de voir et de partager gratuitement le film en ligne en quatre langues (anglais, français, allemand, espagnol) si les auteurs et le site internet sont cités.

- d’organiser des projections publiques si celles-ci sont gratuites et ouvertes à tou(te)s. Les lycées peuvent télécharger et projeter le film sans formalités.

- pour les séances ou diffusions commerciales, les distributeurs sont invités à contacter les auteurs sur le site internet. Les diffusions organisées par des associations requérant des cotisations annuelles ou organisées dans le cadre d’un évènement payant (conférence, symposium) sont considérées comme commerciales.
- chacun est invité à faire un don pour contribuer à payer la production du film et de sa suite en cours d’écriture.

La licence Creative Commons ne permet pas d’éditer, d’extraire et de remixer les images du film sans l’autorisation explicite des auteurs.

Marc Meillassoux et l'équipe de Nothing to Hide

Site Internet
Twitter
Facebook

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.