Noura Bordes
Malheureusement au chomage
Abonné·e de Mediapart

25 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mai 2018

Conférence Jacques Kupfer sioniste appelant au meutre des arabes et palestiniens

Noura Bordes
Malheureusement au chomage
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 13 mai, la mairie du 5ème arrondissement de Paris, accueillera une conférence de Jacques Kupfer sur "l'engagement sioniste". Rappelons que ce personnage qualifie les Palestiniens de "malédiction", traite les Arabes de "sauvages", compare l'Islam au nazisme, appelle à massacrer des civils et à raser des quartiers et des villages entiers.

C'est ce qu'on lit dans les écrits du président "d'Israel is forever", également co-président du Likoud mondial et membre de l'Exécutif de l'Organisation Sioniste Mondiale. Résidant à Jérusalem, il diffuse des textes particulièrement racistes et haineux, s'adressant à un public francophone. Connaissant un certain succès, ils sont amplement diffusés par les soutiens d'Israël (LDJ, Europe Israël...).

Le 7 février 2016, il écrivait que les "« palestiniens » ne sont pas un peuple mais une malédiction" et que "le terrorisme arabe" serait "inscrit dans l’ADN de cette population que l’on désigne sous le nom de "palestiniens".

Dans le même texte, après avoir appelé à l'annexion totale de la Cisjordanie, il appelait à "parler aux arabes un langage qu’ils comprendront" : "Permettre à un arabe de se baisser pour ramasser une pierre sans l’abattre, signifie que la bataille est déjà perdue.

(...) Détruire la maison du terroriste ne suffit pas et c’est toute la meute qu’il faut atteindre. Ce sont toutes les maisons voisines qu’il faut raser et laisser un champ de ruines autour de l’adresse de l’assassin et en expulser ses habitants."

Dans la même veine, il appelait en juillet de la même année, à "rase(r)" et faire "disparaître de la carte" les villages d'où sont originaires des Palestiniens ayant tué des Israéliens. Il appelait à bannir de Palestine "les habitants avec tous les parents de l’assassin".

Dans d'autres de ses écrits, il exprime ouvertement ses penchants sanguinaires...Il en est ainsi dans son texte "Trop peu, trop tard",dans lequel il appelait à "parler aux arabes dans un langage qui est le seul qu’ils comprennent" ajoutant que c'est "le seul qui convienne à ces sauvages" : "Si nous versons des larmes en Israël, c’est le sang qui doit couler à Hébron.(...) Si nos familles pleurent dans l’angoisse de ce que subissent les kidnappés, ce sont toutes les familles arabes qui doivent payer (...) Ce n’est pas aux juifs de se réveiller en se demandant combien de fusées sont tombées de Gaza sur nos villes avoisinantes et je ne suis pas calmé par le fait que des attaques ciblées ont touché des lance-missiles sans faire de victimes ! Il faut parler arabe et effacer sous les bombes les quartiers d’où partent ces missiles."

Si selon lui "la notion de punition collective est injuste lorsqu’elle concerne des populations totalement innocentes", il refuse de considérer comme tels les Palestiniens...Dans "Gaza doit pleurer", estimant que "les Gazaouis n'étaient pas "plus civils et certainement pas plus innocents que les habitants d'Hiroshima ou de Dresde", il avait conclu que
"Gaza doit pleurer des larmes de sang".

Sa haine ne se limite pas aux Palestiniens. Dans une correspondance avec Marine Le Pen, il l'appelait à "condamner" l'Islam" qui est en fait une idéologie que tout apparente au nazisme et lui assurait qu'Israël est "le verrou qui empêche le monde occidental de s’écrouler sous la domination de la charia".

On relèvera qu'outre ses délires racistes, islamophobes et sanguinaires, Jacques Kupfer soutient activement le vol des terres des Palestiniens ainsi que celui de leurs lieux saints.

Ancien président de l'Association de Développement de Kyriat Arba-Hebron, Il se vante fièrement d'être "l'initiateur des Yom Hevron". Lors de ces journées, des milliers de "touristes français" vont soutenir les colonisation à Al Khalil et Kyriath Arba - colonie connue pour être un bastion d'extrémistes.
Il a également publié en décembre 2015, plusieurs photos devant le Dôme du Rocher, revendiquant ce site comme l'emplacement du Temple de Jérusalem.

Elles sont accompagnées de la légende suivante :"Il ne suffit pas d'affirmer que le Mont du Temple est entre nos mains, encore faut il le fouler de ses pieds."

Appelez la mairie du 5ème arrondissement de Paris pour exprimer votre indignation et votre colère. Permettre à ce genre d'individu d'exprimer sa haine raciste et religieuse librement, constitue une menace à l'ordre public et à la paix civile.
Ne restons pas passifs face à cette nouvelle provocation sioniste.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé